C'est un changement d'importance dans l'état-major de PSA. Jean-Baptiste de Chatillon, l’un des hommes forts du constructeur depuis la crise de 2012 et le redressement spectaculaire qui s’en est suivi, part chez Sanofi. Il y devient vice-président exécutif et directeur financier, fonction qu’il occupait chez PSA.

Chez PSA, il est remplacé par Philippe de Rovira, âgé de 45 ans et diplômé de l’Essec. Philippe de Rovira était depuis bientôt un an directeur financier de la nouvelle filiale Opel-Vauxhall après avoir dirigé le contrôle de gestion de PSA pendant plus de deux ans.


“Je tiens à remercier Jean-Baptiste de Chatillon, pour son action au cours de ces années, pour le redressement de l’entreprise, et sa contribution à la nouvelle dynamique du groupe PSA”, a déclaré Carlos Tavares, président du directoire.

Le départ de Jean-Baptiste de Chatillon marque la fin d’une époque. Contrôleur de gestion de 2007 à 2011, c’est notamment lui qui tirera la sonnette d’alarme devant la dégradation de la situation financière du groupe.

Directeur financier depuis 2012, année où PSA a frôlé la faillite, il aura incarné la rigueur retrouvée pendant plus de six années qui auront changé le visage du constructeur: une augmentation de capital marquant l’entrée des Chinois et la descente des Peugeot, la sortie du CAC 40 puis le retour dans l’indice, et la profitabilité retrouvée au prix d’un plan de simplification et d’économie draconien.