Depuis plusieurs mois, et la création de sa société Lab Box, D’Ieteren est sur tous les fronts de la mobilité. Après l’autopartage avec Poppy et le lancement de sa plateforme My Move à destination des collaborateurs des entreprises, l’importateur des marques Volkswagen en Belgique a décidé de surfer sur une autre tendance : le leasing automobile. A travers la start-up Lizy, fondée en 2018, et qui a rejoint Lab Box, le groupe belge propose désormais la location de voitures d’occasion aux PME et aux entrepreneurs. D’Ieteren indique qu’il s’agit d’une première pour le secteur du leasing en Belgique.

Opérationnelle depuis le 20 février 2019, la plateforme lizy.be propose des voitures d’occasion récentes (des petits véhicules électriques aux modèles de flotte haut de gamme), pour lesquelles il est possible de souscrire un contrat de leasing pour une période de 12 mois, et jusqu’à 60 mois.
« Le prix mensuel de ces voitures est environ 15 à 40 % inférieur à celui des voitures de leasing neuves, indique la start-up. Après approbation de l’offre, le véhicule est livré chez le client, dans un délai de deux semaines. L’entretien, les réparations, l’assurance et les taxes sont inclus dans le prix ».

Ce projet étant soutenu par Volkswagen D’Ieteren Finance, l’offre sera, dans un premier temps, composée de voitures des marques du groupe Volkswagen : Audi, Seat, Škoda et Volkswagen. Le groupe précise que des modèles d’autres fabricants viendront s’ajouter ultérieurement. L’offre de voitures d’occasion est constituée de produits émanant des concessions du groupe D’Ieteren.

« Beaucoup de gens doutent de la voiture à acheter : le diesel sera-t-il sanctionné fiscalement ? Qu'en est-il des zones à basses émissions ? Grâce à la flexibilité de Lizy, les entrepreneurs peuvent rapidement adapter le parc de véhicules de leur entreprise à l'évolution des circonstances, déclare Sam Heymans, fondateur et CEO. À l’avenir, nous envisageons également le développement d’un service d’abonnement à la voiture, grâce auquel la durée du leasing pourrait être encore raccourcie ». La start-up n’exclut pas non plus de déployer sa plateforme dans d’autres pays.