Au sein des canaux, l’attentisme des particuliers ne surprend pas (– 4,1 % d’immatriculations et 1,8 % de part). Il était visible dans les commandes du réseau les mois précédents (– 1 % au cours de l’été et – 12 % en septembre). La marque peut heureusement compter sur un quatuor de produits, X1, Série 1, X3 et X2, qui assure les volumes auprès des particuliers comme au global. A contrario, le retournement du marché des monospaces, au profit des SUV, ne sert pas le duo Active Tourer-Grand Tourer, modèles qui ont dévissé depuis janvier de respectivement 28,1 % et 25,6 % (moins de 11 % du total immatriculé de la marque).

Pas de « monkey business »

Auprès des sociétés, le business est toujours compliqué.

« Les professions libérales et les PME ont un mal fou à se décider, elles hésitent et certaines prolongent leur LOA, témoigne ce patron de site. Ce qui nous frappe, c’est que, finalement, elles n’achètent pas non plus ailleurs. Le marché premium est très handicapé par le contexte fiscal et le débat sur le mix énergétique. »

On rappellera l’insistance de BMW dans la lecture statistique. Le segment des sociétés n’inclut pas de monkey business, c’est-à-dire des VN de courtoisie à cartes grises sociétés. Le chiffre est donc fiable et réel. Faut-il voir un signe d’évolution en BtoB ? C’est par les grands comptes que le ciel repasse au bleu pour la marque. Le canal LLD a progressé de 8,5 % sur le mois, à 23,4 % du total immatriculé et à 6,1 % de part sur le segment (devant Volks­wagen). BMW France affirme être depuis des mois en travail de reconquête auprès des grands comptes. En voici la première illustration vérifiée.

Prévision novembre

Les carnets de commandes diminuent de 5 % au sein du réseau, avec une amplitude importante (de – 27 % à + 25 %). La confiance retrouvée en LLD doit allumer
un feu vert pour les distributeurs. Oui,
la reconquête des pros est possible...

Lire aussi >> Distribution VN septembre 2018 : BMW