Le vent porteur qui soufflait au premier trimestre souffle à nouveau. Toutefois, la part de marché reste à 3,8 % au cumul. On se souvient des grandes et récurrentes difficultés de livraisons de la marque depuis avril. Les portefeuilles étaient garnis de plusieurs mois d’avance en Fiesta, Ecosport, Ka+. C’est désormais la délivrance. La Fiesta a bondi de 76 % en octobre, se retrouvant 14e au hit-parade des ventes par modèle (23e au cumul), et a représenté 38 % du total immatriculé. Les deux tiers du modèle sont livrés à des particuliers ; c’est la preuve de commandes saines au cours des mois précédents.
La très bonne nouvelle vient de la nouvelle Focus. Dès le deuxième mois de commercialisation, ses immatriculations s’équilibrent entre les particuliers, les loueurs de courte ou de longue durée (1 009 unités divisées approximativement en trois parts égales). « Elle est aussi bien taillée pour le professionnel que pour le particulier, gage de succès à venir », rapporte ce patron de groupe. La Focus IV représente, avec 13,3 %, le deuxième volume de la marque sur le mois.

« Le modèle plaît dès son lancement et la gamme est très cohérente, avec l’Active, la ST-Line, la Titanium et la Vignale », précise le panel.

L’enjeu avec cette nouvelle Focus est important en France, où la marque et le réseau ont besoin « d’un relais de volume face à la chute programmée du Kuga, victime de la “sévérisation” des malus en WLTP », explique le patron de groupe. Le Kuga, justement, a dévissé le mois dernier (comme en septembre) : – 52,6 % pour ses immatriculations et 7,5 % du total Ford (13,6 % au cumul). « Il est presque invendable avec un malus supérieur à 2 500 € », affirme le panel. Il constituait par ailleurs une source de rémunération solide.

Ventes aux pros en progrès

En BtoB, la marque bénéficie d’une « crédibilité réelle sur sa gamme, sur laquelle il faut capitaliser davantage, car elle est encore trop peu mise en avant », regrettent les distributeurs. « Les PME nous découvrent souvent par l’utilitaire, nos gammes VP Affaires ont beaucoup d’arguments », souligne ce distributeur. Voilà un axe réel de développement pour Ford.
En témoigne, cette année, la bonne performance de la Mondeo, en hausse de 95,7 % de janvier à octobre (mais – 4,2 % le mois dernier). La grande berline est numéro un des ventes aux entreprises sur son segment en France (60 % des immatriculations en hybride essence). Les deux tiers du volume sont réalisés en LLD et, sur ce canal, la Mondeo (3 134 unités au cumul) est bien meilleure que la Peugeot 508 (650) ou la Renault Talisman (1 549). Toujours dans ce canal LLD, Ford réalise 6,9 % de part, ce qui en fait la deuxième marque importée, derrière Volkswagen (7,5 %) et devant Citroën (5,8 %).

Prévision novembre

Bonnes prises de commandes pour le réseau : + 6 % en VP et + 11 % en VUL. Les portefeuilles se sont dégonflés à la mesure des importantes livraisons. Mais cinq semaines sont encore dans les carnets.