Le + 14,7 % de volume VP et la part de marché de 3,7 % se sont accompagnés en octobre d’un important volume de VD : 27,1 % du total (27,9 % au cumul).

Sur le terrain, les distributeurs s’agacent : « Les injonctions de la marque sont claires, il faut encore immatriculer des VD pour atteindre les objectifs. » « C’est comme si, cette année, il n’y avait pas de prise en compte de la réalité du business », ajoute l’un d’eux.

Le résultat souhaité est sans équivoque : la marque ne veut pas voir ses volumes diminuer en France, comme l’atteste le cumul de + 0,9 % fin octobre (pour 2,8 % de part).

« Sous la pression opposée »

Il faut toujours raisonner à l’échelle de l’Europe en ce qui concerne la marque à l’étoile. Dans les 28 pays de l’UE, Mercedes-Benz a perdu 5,5 % d’immatriculations depuis le début de l’année (chiffre à fin septembre). « La France devient tout à coup très importante, explique ce patron de groupe. Après nous avoir contingentés en volume les deux années précédentes, en raison du succès de la marque dans d’autres pays, nous voilà maintenant sous la pression opposée. » Le volume de VP aux particuliers semble se redresser : + 17,7 % sur le mois, à 38,1 % du total de la marque.

« Mais c’est franchement à coup de grosses remises que nous sortons les autos. Nous sommes en discount permanent, déplore un concessionnaire. Les stocks sont énormes : deux mois de ventes complètes. Il faut que ça s’arrête, on n’en peut plus ! Notre rentabilité est pour l’instant amputée de plus de 50 % par rapport à l’an dernier. »

Le combat pour les volumes génère beaucoup de grogne dans le réseau.

Prévision novembre

Les prises de commandes baissent : – 4 %. Elles intègrent les commandes de VD. Le résultat hors VD est plus faible, de l’ordre de – 10 %. Il reste deux mois, la marque n’a pas pour habitude de lâcher du lest en novembre comme en décembre.

Lire aussi >> Distribution VN septembre 2018 : Mercedes-Benz