Le cumul laisse stable la marque en volume (+ 0,9 %), mais sa part s’établit à 6,2 %, soit 0,4 point de moins qu’en 2017. Ces statistiques auront du mal à évoluer favorablement d’ici à la fin de l’année. Les commandes du panel s’établissent à – 2 % sur le mois (idem en septembre, – 16 % durant l’été) et les portefeuilles s’amenuisent (à peine quinze jours). « Il n’y a plus d’ambition à avoir en volume pour cette année », commente le panel. « Il faut utiliser à plein les moyens que la marque nous donne pour vendre ce que nous savons vendre : T-Roc, qui prend bien sa place, Polo VI, que Volkswagen a eu l’intelligence de conserver en diesel, et Golf à travers des actions commerciales [jusqu’à 4 500 € TTC de reprise, avec une prime à la conversion de 1 000 €] », précise ce patron de groupe.

Difficile partition

Le réseau joue en effet une partition difficile. Le volume aux particuliers a baissé de 9,5 %, celui aux sociétés a perdu 33,5 %. La confiance de la LLD est fortement remise en cause : – 37,7 % sur le mois, dégradant le cumul à – 11,6 % (c’est le canal le plus en baisse pour la marque).

L’avantage pour le réseau, « c’est que nous maintenons nos volumes aux particuliers et sociétés, indiquent plusieurs groupes. La marque fait tout ce qu’elle peut, dirigeant les moyens commerciaux vers le réseau. Notre rentabilité devrait demeurer positive, c’est en tout cas le pronostic de Volkswagen, qui table au moins sur 1 % ».

Prévision novembre

Les prises de commandes sont délicates, mais pas en déconfiture, – 2 %, ce qui permet au réseau de rester au contact. L’amplitude est toutefois colossale selon les distributeurs, certains affichant – 25 %. Les Instants VW de novembre doivent rétablir la dynamique.

Lire aussi >> Distribution VN septembre 2018 : Volkswagen