Le volume aux particuliers a été le seul à résister, avec + 6,2 %, soit 42 % du total immatriculé de la marque. « Nous vendons beaucoup, mais sans rentabilité, regrette le directeur d’un groupe. Nous n’avons jamais autant brassé pour si peu ! » Le niveau des remises aux particuliers « est tel qu’on ne gagne absolument plus rien, toutes aides et primes d’objectifs incluses, à vendre et tenter d’atteindre ou dépasser nos objectifs commerciaux », ajoute ce patron de plaque.
Sur les autres canaux, la saturation et l’anticipation des volumes durant les deux mois d’été ont provoqué un brutal coup d’arrêt : – 50,5 % en location de courte durée et – 19,5 % en longue durée. BtoB toujours, le volume aux sociétés a également chuté (– 26,4 %). C’est le signe que Fiat n’a pas pu imposer à un réseau totalement engorgé des volumes d’IK, soit des 0 km fortement remisés par le constructeur moyennant leur paiement comptant. « Nous avons renoncé ce mois-ci à prendre des volumes complémentaires, nous avons déjà suffisamment de VD à ajouter pour atteindre nos objectifs, poursuit le patron de plaque.

« Nous avons absolument besoin du portage des VD pour éviter de mettre davantage à mal nos trésoreries bien fragilisées. »

De fait, les mises en VD, qui ont représenté 37,8 % du total de la marque, signifient bien qu’il a fallu – malgré les stocks – aller chercher du volume en évitant de tirer sur les trésoreries.

Prévision octobre

Les commandes restent simplement stables : + 1 % pour notre panel en VP. Les portefeuilles sont garnis de quatre semaines d’avance en livraisons. Malgré l’absence au Mondial, octobre devrait générer des volumes sans surprise.