Huit mois, c’est le temps qu’il a fallu à l’Autorité de la concurrence pour valider l'entrée d’Emil Frey France au capital du groupe Bernard. C’est dire à quel point cette prise de participation sortait de l’ordinaire. Annoncée en août 2018, l’opération a été validée « sans réserve » le 12 mars 2019.

« Cette opération majeure dans le secteur de la distribution automobile était soumise à l’approbation préalable de l’Autorité de la concurrence. Compte tenu de son importance, l’autorité a profité de cette opportunité pour revoir son analyse des opérations de concentration dans le secteur de la distribution automobile et a demandé aux deux groupes leur soutien », informent les deux groupes dans un communiqué.

La filiale française du groupe Emil Frey a donc racheté la participation de 40 % détenue depuis 2012 par Alcopa.

Cette validation va permettre aux deux groupes « de renforcer des liens déjà solides établis dès juin 2017 via la coentreprise dans la distribution de pièces de rechange (CDPR), qui est à ce jour une des plus importantes plateformes de distribution de PR des marques du groupe PSA. Les très nombreuses synergies identifiées participeront aussi à l’amélioration continue des résultats commerciaux et financiers des deux groupes permettant de financer ces nécessaires investissements et les innovations futures », indiquent les deux groupes.

Le groupe dirigé par Jean-Patrice Bernard, qui fêtera son 100e anniversaire en 2020, a réalisé un chiffre d’affaires de 1,4 Md€ en 2018 et commercialisé plus de 70 000 véhicules. Emil Frey Motors France a vendu un peu plus de 260 000 véhicules neufs et d’occasions en France en 2018, pour un chiffre d’affaires consolidé de 4,8 Md€.