Au revoir Diesel et bonjour finition Business ! La pirouette de Hyundai concernant la deuxième génération de sa i20 (commercialisée en France depuis 2014) peut faire des émules, notamment chez les professionnels. Le restylage de la i20 promet donc des surprises, « plus de personnalité, d’ingéniosité et de sécurité » selon le constructeur, et ce, pour confirmer l’importance de la citadine dans ses ventes. Parce que c’est la reine chez elle : 8 405 unités vendues sur 2017 en France, soit 28,4% des ventes totales VP de Hyundai, deuxième modèle vendu après le Tucson. Et, sur les six premiers mois de 2018, la petite citadine passe même devant le SUV avec respectivement 4 840 ventes contre 4 599. Même tendance en Europe.
Une vitrine rêvée pour la marque, autant pour les particuliers que pour les flottes car le renouveau les concerne aussi. Outre l’abandon au catalogue des versions 3 portes et de la motorisation diesel, – la citadine est l’une des rares à exister qu’en essence – la Hyundai i20 s’enrichit d’une finition Business, « réservée aux clients professionnels » (en plus des quatre proposées).


Cent euros moins chère que l'Intuitive, la Hyundai i20 Business ajoute la navigation GPS avec les services TomTom Live, la réception radio numérique terrestre, etc, mais elle perd les jantes 15 pouces et les vitres arrières sur-teintées.


Sur trois moteurs à essence disponibles pour les particuliers, la i20 n’en retient qu'un seul : le 1.0 T-GDi 100  disponible en boîte mécanique à partir de 17 900 euros (5CV et 109 g/km) et robotisé à double embrayage à partir de 19 100 euros(5CV et 111 g/km).

Essai

hyundai i20 intérieur
Le système de navigation Europe a été ajouté dans la finition Business

Voulue ingénieuse, sécurisante, avec plus de personnalité par son créateur sud-coréen, la i20 restylée 5 portes casse un peu les codes. Premièrement sur le design : un peu plus joufflue que la précédente, le caractère de la petite joueuse s’affirme avec des lignes extérieures réhaussées et sa nouvelle calandre en cascade, « l’un des éléments identitaires de tous les modèles de la marque ».
Pour l’intérieur, d’un point de vue esthétique, la Hyundai i20 restylée aurait pu faire davantage d’efforts sur le tableau de bord. Passons, puisque la technologie est au rendez-vous. Elle hérite de plusieurs nouveaux équipements de connectivité : les conducteurs peuvent diffuser leurs contenus smartphone sur Apple CarPlay et Android Auto via un écran tactile 7 pouces.

La Hyundai i20 a également mis le paquet sur les Adas. Regroupés sous l'appellation Hyundai SmartSense, y figurent l’assistance active au maintien de voie, le freinage d’urgence autonome, la détection de fatigue du conducteur et les feux de route intelligents. Une flopée de dispositifs utiles pour les itinérants de la route !

La conduite de cette petite citadine est d’ailleurs intéressante. La direction de la Hyundai i20 restylée se veut souple, directe et tout autant agréable. Ses amortisseurs ont été corrigés pour plus de douceur, mais ils restent toutefois incommodants lors de quelques irrégularités sur route. A chacun son secret mais la i20 cache plutôt sa nouveauté sous le capot : une nouvelle boîte double embrayage DCT-7 qui nous a séduits. Le moteur trois cylindres est souple et dénué de vibrations, la boîte douce en mode auto est suffisamment rapide en mode manuel. C’est la boîte qui lui fallait ! Reste une consommation raisonnable sur route mais un peu élevée en ville, surtout lors de petits trajets.
 

Parole d’expert, Dominique Gobin, directeur Fleet de Hyundai France

Dominique Gobin, directeur Fleet de Hyundai France
Dominique Gobin, directeur Fleet de Hyundai France


« Les cinq premiers mois de 2018 ont été les meilleurs pour les ventes à entreprises, soit +22% à fin mai (1850 unités). Notre progression est due au développement de notre captive avec 226 unités (+50%) et à la location longue durée avec 323 livraisons à fin mai (+75%). Nous avons accéléré sur nos campagnes marketing et amélioré la compétitivité de nos offres pour appuyer notre notoriété auprès des clients B2B. Nous faisons des choix et notre stratégie est pérenne depuis 2014. Par exemple, nous avons constaté que les entreprises passent à d’autres motorisations que le diesel. D’où notre positionnement essence sur la i20.

Nous avons retravaillé notre offre en 2017 car nous avions un peu de retard sur ce segment en B2B mais nous avons atteint +57% sur nos volumes de 2016 à 2017. Maintenant, avec le restylage, nos ambitions sont les mêmes qu’en motorisation essence en 2017, soit 650 unités annuelles à entreprises. Elles demeurent fortes car nous comptons sur des éléments de série que l’ancienne n’avait pas. Au-delà d’un véhicule efficient en termes de coût de détention et d’émission de CO2, nous avons fait de cette i20 un bon outil de travail, sûr et performant. »

 

Budget

Hyundai i20 T-GDI 100 DCT7 en finition Business
  • Prix : 19 100€
  • Valeur Résiduelle à 36 mois/ 90 000Kms : 34.6% - 6 360€
  • Valeur de Reprise au bout de 36 mois : 5400€
  • Valeur de Revente estimée dans 36 mois : 6990€
  • Eco taxe : 0€
  • CO2 : 111 g/km
  • TVS CO2 : 459€/an
  • TVS Air : 20€/an
  • Rotation moyenne : Trop récent - inconnu
  • LOA : 36/90 000 Kms : 485€ / mois sur 90 000 kms
  • LLD : 36/90 000 Kms : 463€ / mois sur 90 000 kms

C3 PureTech 110 EAT6 en Feel, une concurrente
  • Prix : 18 300 €
  • Valeur Résiduelle à 36 mois/ 90 000Kms : 38.6 % - 7 060€
  • Valeur de Reprise au bout de 36 mois : 6200€
  • Valeur de Revente estimée dans 36 mois : 7990€
  • Eco taxe : 0€
  • CO2 : 103 g/km
  • TVS CO2 : 463.5€ / an
  • TVS Air : 20€
  • Rotation moyenne : 55
  • LOA : 36/90 000 Kms : 487€ / mois sur 36 mois 90 000kms
  • LLD : 36/90 000 Kms : 524€ / mois sur 36 mois 90 000 kms

Bilan

Figure de proue de Hyundai en WRC, la i20 n’en oublie pas pour autant son public particulier et professionnel qui pourra faire le plein de technologies à prix abordable. Le restylage, un mal nécessaire pour rester dans la course aux parts de marché et capter une clientèle pro. Mais sans proposition diesel, la bataille commerciale risque d'être rude face à la Clio 4 et la Peugeot 208 avec respectivement 106 449 unités et 97 663 écoulées en 2017. Pour rappel, même la Yaris, chantre de l'hybride chez Toyota, a gardé une version diesel réservée à sa clientèle pro.