En proposant le premier SUV urbain 100% électrique à la vente depuis juillet 2018, Hyundai affiche clairement son parti pris : contribuer à faire de 2019, l’année charnière de la motorisation électrique. Parce que, le Hyundai Kona EV est la grande nouveauté du constructeur en cette fin d’année, voire la surprise du marché. Le Kona electric arrive donc avec ses deux niveaux de capacité de batterie : 39 kWh (dès 38 400 euros) ou 64 kWh (dès 42 400 euros) qui délivrent respectivement 136 et 204 ch. Quand la première version promet 312 km d'autonomie, la plus puissante revendique 450 km, selon le règlement WLTP. En plus de cela, le constructeur coréen propose la garantie des batteries 8 ans ou 200 000 km.

Par rapport à sa Ioniq électrique (2016), Hyundai améliore la capacité de ses batteries de plus de 130%. La presse spécialisée s’en réjouit ou s’en amuse, et concocte même des road-trip pour s’assurer de cette performance.
Par exemple : lire l’essai de mon confrère Essai Hyundai Kona EV : Paris-Deauville en voiture électrique

Le petit SUV 100% électrique de Hyundai n’a pas vraiment de concurrent direct pour l’instant : son cousin le Kia e-Niro se place au-dessus niveau gabarit, les Renault Zoé ou Nissan Leaf disposent d’une autonomie inférieur et le DS3 Crossback E-Tense n’arrive qu’à l’automne 2019. Kona EV…la voie est libre, montre-nous ce dont tu es capable !

Essai

Le Kona electric se distingue de la version classique par sa calandre pleine et ses jantes « aero », qui lui confèrent un style futuriste tout en sobriété. La face avant s’empare également d’une nouvelle signature lumineuse avec ses feux à double-étage et à LED. Subtilement, la marque a su doter son Kona EV d’une identité visuelle par rapport au Kona « normal ».

hyundai kona electrique rouge
hyundai kona electrique rouge

A l’intérieur, la différence est aussi remarquable. La configuration est inédite et épurée. Le regard se pose directement sur la console centrale, qui évince le levier de vitesses et fait naître plusieurs touches pour commander la marche (D, P, N et R pour Reverse). Un porte-gobelet et un espace en-dessous de la console garantissent des rangements supplémentaires appréciables.

En levant la tête, on s’aperçoit qu’un seul afficheur numérique apparaît à la place du compteur à aiguilles des versions thermiques : il s’est forcément transformé afin d’accueillir les informations de consommation électrique ou d’autonomie, aussi liées à l’écran central tactile qui affiche les différents points de recharge. En tâtant un peu, les mains caressent notamment deux palettes derrière le volant. Elles ne servent pas à changer de rapport mais à régler l'intensité du frein moteur. Côté confort, on apprécie les sièges en cuir et leur moelleux, l’espace aux jambes bien généreux. On est paré, place à la conduite !

hyundai kona electrique intérieur
L'espace intérieur est épuré
hyundai kona electrique intérieur
Le compteur à aiguilles a disparu
hyundai kona electrique intérieur
Deux palettes régénératives trouvent place derrière le volant
hyundai kona electrique intérieur
L'espace en-dessous de la console centrale est appréciable

La version qui nous a été confiée est la plus haut-de-gamme, soit le Hyundai Kona electric 64 kWh Executive 204 ch. Propulsion électrique oblige, le petit SUV est silencieux et ne vibre pas. La sensation est donc ailleurs. Le contraste est saisissant dès nos premières accélérations. Malgré son poids important (1660 kg), ce modèle électrique surprend par ses accélérations musclées, un 0 à 100 km/h est expédié en moins de 8 secondes. Dynamique le Kona EV ! Même un peu trop, le confort de suspension se révélant trop ferme à la longue. Quant à la maniabilité des palettes de régénération au volant, elle réclame une certaine habitude pour que celles-ci soient correctement utilisées. D’autant que l’on s’y perd parfois avec les autres commandes comme celles des phares…

Peu importe, le conducteur a aussi la possibilité d’être plus zen, voire à se laisser assister par les nombreuses aides à la conduite et de sécurité. Un bon point pour les itinérants de la route. En plus du régulateur de vitesse adaptatif, surveillance des angles morts, détection de fatigue, assistance au suivi de voie dans la version Creative, celle nommée Executive ajoute les feux de routes intelligents, la reconnaissance des panneaux, l’aide au stationnement, etc. On se retrouverait presque dans un véhicule semi-autonome…

>> Pour plus d’informations lire Essai Hyundai Kona Electric : le SUV compact survolté

Une conduite apaisée servira aussi l'autonomie du Kona électrique. La consommation réelle s’aligne avec les annonces du constructeur soit 14,3 kWh/100 km, ce qui devrait garantir la belle autonomie promise, soit de 450 km. Une efficience garantie surtout par les palettes régénératives pour une recharge rassurante sur route. Pour le ravitaillement, il faudra s’armer de patience : la recharge se fait soit grâce au chargeur embarqué (7,2 kW monophasé) en 9h40, soit en courant continu en 54 minutes (mais il n’existe pour l'instant aucun chargeur de cette puissance).

Parole d’expert : Dominique Gobin, directeur des ventes flottes et véhicules d’occasion

Dominique Gobin, directeur des ventes flottes de Hyundai
Dominique Gobin, directeur des ventes flottes de Hyundai

« Nos ventes à entreprise (hors LCD) représentent 15% chez nous et a progressé de 28% de 2017 à fin septembre 2018. Ces résultats sont liés à nos offres produits et tarifaires dédiées aux entreprises pertinentes et à notre insistance à augmenter notre notoriété auprès des décideurs BtoB. Concernant le Kona EV, nous avons enregistré la 600e commande un mois après le lancement avec un ratio de 50% (dont 18% en pro libéral et 32% PME-PMI) à entreprise. Alors que ses versions thermiques n’atteignent que 3 % des mises à la route dans les flottes depuis janvier.
Nous ne nous attendions pas à un tel succès. Ce qui veut dire que les sociétés sont prêtes à équiper leurs collaborateurs d’un véhicule électrique. Il y a une vraie appétence pour ce modèle. Sur une année pleine, soit en 2019, nous comptons réaliser plus de 2000 immatriculations dont 500 en BtoB.
Nous sommes capables de faire plus sur les deux canaux mais je reste prudent. Le Kona electric correspond aux besoins des professionnels dans le sens où l’on veut lever toute contrainte. Être écolo n’est pas forcément plus cher, le TCO est meilleur et le coût de détention a diminué. Aussi, pour les monopossesseurs, la représentation peut être importante. Le véhicule est vertueux et rassurant, parfait pour cette catégorie. »

Budget

• Prix : 44 900€
• Valeur résiduelle à 36 mois / 60 000 kms :  38.6%
• Valeur de reprise au bout de 36 mois :  17 350€
• Valeur de revente estimée dans 36 mois :  18 900€
• Eco taxe :  Bonus de 6000€
• CO2 : 0g/km
• TVS CO2 :  0€
• TVS Air :  0€
• LOA :  à partir de 370€/mois sur 49 mois 40 000 Kms
• LLD :  à partir de 549€/ mois sur 36 mois 45 000 kms
• Rotation moyenne : NC

Bilan

Le marché du véhicule électrique va semble-t-il être corrigé par Hyundai qui soumet là une vraie proposition dite propre, d’autant plus qu’elle est jumelée avec une autre tendance, le SUV. Le bon agrément de conduite et l'autonomie généreuse du Kona electric conviendront enfin aux professionnels qui ne se limitent pas aux très courts trajets. Si l’atout zéro émission reste un argument fort, les entreprises seront sans doute freinées par le positionnement tarifaire élevé du Hyundai Kona EV et l'absence de bornes de recharge rapides en France.

>> Lire aussi L'électrique, les flottes, ça les branche ?