Round 2. Uppercut, crochet, la nouvelle Peugeot 508 a déjà mis à terre l’ancienne génération révélée en 2010, dont la production s’est achevée il y a quelques mois. Le nouvel opus disponible en concession depuis le mois d’octobre 2018 pourrait également mettre K.O certaines de ses concurrentes comme la Volkswagen Passat, l’Audi A4 ou encore la Renault Talisman. Mais, la 508 II aura-t-elle aussi la possibilité de prendre sa revanche sur les SUV (1/3 des immatriculations VN en France) ? Quand on sait que les berlines ont perdu leur majorité absolue en 2016, passant de 51% de part de marché à 49% en 2017 …On peut au moins le penser pour le marché BtoB puisque ce modèle a de bien belles ressources à faire valoir face aux crossovers. Si Peugeot ne communique pas sur ses ambitions de vente à entreprise, il confirme néanmoins vouloir retrouver rapidement la place de numéro 1 sur le segment D en France (voir ci-dessous la parole d'expert).

La gamme est riche de trois diesels de 130, 160 et 180 ch et deux essences de 180 et 225 ch. Tous les moteurs sont proposés avec la boîte automatique EAT8 et seul le HDI 130 existe aussi en boîte manuelle.

Essai

intérieur peugeot 508
La sellerie en cuir (en option) et le moelleux des sièges confèrent à la 508, un confort poussé.

Et c’est parti pour le show ! La nouvelle Peugeot 508 se pavane dans les rues des centres-villes, tel un boxeur avant de rejoindre le ring. Les passants lèvent le pouce, hochent la tête ou la dévissent et n’hésitent pas à vous interpeller. Elle plaît, c’est indéniable. D’abord par son charme stylistique : élégante, longiligne, au nez plongeant et à l’arrière fuselé. Sa signature lumineuse aidant (feux diurnes à LED verticaux à l’avant et son encadrement noir sur la partie arrière), ses muscles en imposent. De prime abord, le mobilier intérieur paraît envahissant mais séduit à l’usage : la console centrale scinde parfaitement l’habitacle. Il y a de nombreux rangements et l’ergonomie est bien pensée notamment avec son écran tactile de 10 pouces, ses sept touches piano et un tableau de bord intuitifs. Notons que le Mirror Screen, pour dupliquer ces fonctionnalités sur smartphone, apparaît dès la finition Allure (2e dans la gamme). Pratique !

>> Lire aussi Peugeot 508 : les secrets du i-Cockpit

peugeot 508 arrière avant

A l’arrière, de jolies contorsions seront nécessaires pour pouvoir s’installer du fait d’un pavillon assez bas. Une fois installé, la sensation de confinement se ressent, l’espace aux jambes étant décevant. La nouvelle Peugeot 508 perd 8 centimètres par rapport à l’ancienne génération et est plus basse de 6 cm. Rançon de la berline aux faux airs de coupé !

Au volant (petit et surprenant !), c’est le confort qui prime. La Peugeot 508 absorbe parfaitement toutes les déformations de la chaussée. Elle invite à une conduite apaisée, servie par le silence et la bonne maîtrise des vibrations du moteur et de la boîte EAT8. La belle sochalienne s’avoue plaisante à mener, en ville comme à la campagne. On ose à peine accélérer, souhaitant prendre le temps, profiter de la berline et simplement se laisser porter. Un état d’esprit semblable au moteur diesel mais qu’on a envie de secouer pour avoir un peu plus de répondant ! Le 1.5 BlueHDi 130 de notre version n’est pas des plus mordants car dans les contrées les plus lointaines, il s’avère peu suffisant. Les gros rouleurs opteront plutôt pour une motorisation 2.0 BlueHDi 160 pour davantage de dynamisme routier.

peugeot 508 volant

En revanche, le petit 1.5 130 ch boit très peu, sa consommation n’a jamais dépassé 4.8l /100 km sur un parcours péri-urbain ! Même si la version hybride arrive à l’automne 2019, le diesel reste donc compétitif. Certes, la baisse est notable par rapport à l’ancienne (mix à 95%), mais les premières commandes s’orientent davantage vers le diesel à 69% contre 31% en essence.
>> Lire aussi Guide d'achat : toutes les Peugeot 508 à l'essai ! Laquelle choisir ?

Budget : Peugeot 508 Allure Business BlueHDi 130 EAT8 :

Prix : 38 750€
Valeur résiduelle à 36 mois / 60 000 km :  47.6%
Valeur de reprise au bout de 36 mois :  18 440€
Valeur de revente estimée dans 36 mois :  19 900€
Eco taxe : 0€
CO2 : 98g
TVS CO2 : 196€/an
TVS Air :  40€
LOA :  à partir de 329€/mois après 1er loyer de 4 100€ sur 36 mois/45 000 kms
LLD :  à partir de 472€/mois 36 mois/60 000kms
Rotation moyenne : NC

Parole d’expert Hugues de Laage, directeur PSA Corporate Sales France

hugues de laage PSA
Hugues de Laage

« En 2018, le marché BtoB a été globalement bien orienté malgré un mois d’août atypique en lien avec le nouveau WLTP, tombé le 1er septembre 2018. Pour la marque Peugeot, il n’y a eu aucune rupture d’offre, tous les modèles du groupe étaient homologués. Le poids du BtoB de Peugeot représente 40% du volume total. La gamme SUV rencontre toujours un vif succès sur le segment, la 3008 étant numéro 2 du marché BtoB. Concernant la Peugeot 508, nous constatons que le segment D est en baisse et l’actuelle est un modèle en fin de vie.

Nous croyons à ce segment et nous y venons avec une offre différenciante car nous sommes persuadés que la nouvelle Peugeot 508 sera une alternative aux SUV sur le marché BtoB. A mi-octobre 2018, le poids du BtoB sur les commandes enregistrées à ce jour sur la nouvelle berline est de l’ordre de 60%, la gamme Business représentant 1 vente sur 3 et un mix société très riche (54 % des ventes en niveau 3 et 4). C’est une berline qui renforce la montée en gamme de la marque en bénéficiant de nombreuses aides à la conduite. C’est un produit complètement dans l’air du temps et qui modernise le segment après l’engouement des SUV. Nous sommes persuadés que la nouvelle Peugeot 508 rencontrera ses clients BtoB ».

Bilan

A travers la Peugeot 508 II, la berline renaît clairement de ses cendres. Le combat de coq s’enclenche dorénavant avec les SUV, un peu moins confortables et moins dynamiques à conduire comme à regarder. Cette nouvelle génération devrait donner un peu d’élan à ce modèle auprès des entreprises, l’argument le plus fort venant de la sobriété de sa consommation de carburant et des émissions de CO2, plus avantageuses que celles des SUV. La berline et le diesel ne sont donc pas encore morts !