Pour protéger les intérêts des constructeurs américains, le président Donald Trump est prêt à tout ; même à aller contre leur volonté ! Réunis au sein de l'association Auto Alliance (Ford, GM, Toyota, Mercedes, BMW, etc), les constructeurs qui oeuvrent en Amérique ont repris la plume pour prévenir leur gouvernement :

"Une augmentation de 25% sur les tarifs des véhicules importés et sur les pièces devrait avoir pour conséquence une baisse de 1,5% de la production et la perte de 195 000 emplois aux Etats-Unis" indique l'association.

Toujours selon celle-ci, en cas de scénario catastrophe qui consisterait à ce que tous les autres pays répondent aussi par une hausse des barrières douanières, les pertes d'emploi aux USA seraient de 624 000 postes.

Selon des calculs divulgués par Auto Alliance, l'augmentation moyenne du prix des véhicules importés serait de 5800$. Rapportés aux ventes observées en 2017, cette hausse rapporterait 45 milliards de dollars supplémentaires. Sans doute une bonne nouvelle pour les finances des uns ou des autres, mais ceci aurait aussi pour conséquence une baisse de la demande. Auto Alliance parle d'un marché qui perdrait entre 1 et 2 millions d'unités à l'année, sachant qu'en 2017, il s'est vendu 17,2 millions de véhicules neufs dans le pays.

Auto Alliance s'avère aussi très préoccupé par le fait que s'instaure une "guerre commerciale". L'association indique que c'est déjà le cas concernant l'acier et l'aluminium, et que s'en prendre aux véhicules exposerait davantage à des représailles tous les produits américains exportés. Auto Alliance parle d'une perte sèche à l'export de "presque 160 milliards de dollars" pour des biens qui n'ont rien à voir avec l'automobile.

L'association des constructeurs présents aux Etats-Unis termine son exposé en indiquant que réduire les gains des constructeurs à l'heure actuelle signifierait aussi "moins de capitaux à investir dans les nouvelles technologies", et de ce fait une perte de "leadership" dans des innovations... censées rapporter beaucoup d'argent dans les années à venir.