Il est le premier a être condamné aux Etats-Unis dans le cadre du dieselgate. Un ex-ingénieur de Volkswagen, James Liang, a été condamné le 26 août 2017 par un tribunal de Detroit à 40 mois de prison et 200.000 dollars d'amende. Ses fautes : il a conçu, avec d’autres responsables, le logiciel tricheur puis a menti aux autorités américaines.

Après sa libération, il sera également soumis à un régime de liberté surveillée pendant deux ans et pourra en outre être expulsé vers l'Allemagne. James Liang, 63 ans, avait plaidé coupable en septembre et encourait une peine maximale de 5 ans de prison et 250.000 dollars d'amende.

Mais comme il avait choisi de coopérer avec la justice américaine dans l'enquête, l'accusation n'avait requis que trois ans de prison et 20.000 dollars d'amende.

D'autres dirigeants arrêtés dans la foulée


Son avocat, Daniel Nixon, avait souligné que sa collaboration avait permis d'inculper d'autres responsables du groupe Volkswagen dont Olivier Schmidt. Ce dernier, arrêté en début d'année aux Etats-Unis, a aussi choisi de plaider coupable en août 2017 et attend sa sentence qui doit être prononcée le 6 décembre.

Volkswagen a dû payer quelque 22 milliards d'amendes aux Etats-Unis pour avoir équipé ses voitures diesel de logiciels visant à déjouer les contrôles anti-pollution américains. Au total, sept dirigeants et ingénieurs de VW ont été inculpés aux Etats-Unis.

James Liang, qui est le premier à être condamné, avait été basé en tant qu'ingénieur de 1983 à 2008 à Wolfsburg, le siège de VW en Allemagne, où il travaillait au département en charge du développement du diesel. On a appris, parallèlement, que le site où s'est fait la mise au point et les tests sur véhicules de ce logiciel truqueur, était un centre secret, à Wolfsburg.

Avec son équipe, il a conçu le logiciel tricheur


James Liang a indiqué au cours de l'enquête qu'à partir de 2006, il avait participé avec une équipe d'ingénieurs au développement d'un moteur appelé "EA 189" à destination du marché américain.

Quand lui et cette équipe ont réalisé que ce moteur ne serait pas en mesure de satisfaire aux normes de pollution en vigueur, ils ont conçu un logiciel capable de détecter quand le véhicule était soit soumis à des tests de pollution sur un banc-test, soit en conditions de circulation normales.

En mai 2008, James Liang a été envoyé aux Etats-Unis par Volkswagen pour aider au lancement de ce moteur dans le pays. De 2009 à 2016, il a, avec d'autres employés du constructeur aux Etats-Unis, menti aux autorités en affirmant que le moteur répondait aux normes de pollution tout en continuant à développer le logiciel incriminé.