Pour l'année 2018, Faurecia, filiale du constructeur PSA, visait jusqu'à présent une marge opérationnelle "supérieure à 7%", mais elle a déjà atteint 7,2% du chiffre d'affaires de janvier à juin 2018, à 647,2 millions d'euros (en progression de 11,1%).

L'équipementier table désormais sur un bénéfice net par action "supérieur à 5 euros" pour l'exercice 2018, contre 5 euros annoncés précédemment.

L'entreprise vise une croissance des ventes "d'au moins 8% à taux de change constants ou d'au moins 600 points de base au-dessus de la croissance de la production automobile mondiale", selon un communiqué du groupe. Faurecia prévoyait jusqu'ici "au moins 7%" de croissance.

"Nous avons à nouveau enregistré de solides performances au premier semestre, et sommes en avance sur notre feuille de route (...). Ces solides performances nous permettent de réviser à la hausse notre guidance pour l'ensemble de l'exercice et de confirmer pleinement les objectifs financiers pour 2020", a déclaré le directeur général, Patrick Koller, cité dans le communiqué.

Il s'est notamment félicité d'une "croissance à deux chiffres" du chiffre d'affaires (+10,9%) à taux de changes constants. En publié, les ventes ont progressé de 5,3%, à 8,99 milliards d'euros, de janvier à juin.

Les trois activités de Faurecia (sièges automobiles, systèmes d'intérieurs et mobilité propre) ont enregistré au deuxième trimestre "une croissance des ventes supérieure à celle du premier trimestre" et ont fait "nettement" mieux que la production automobile locale "dans toutes les régions".

A l'horizon 2020, Faurecia table sur "au moins 20 milliards d'euros" de ventes, pour une marge opérationnelle de 8% et un flux de trésorerie net à 4% des ventes.

Le flux de trésorerie net a atteint 247 millions d'euros (+17,3% par rapport à la même période de l'an dernier), soit 2,7% des ventes.

Succès des Peugeot 3008

En Europe, qui représente 53% des ventes du groupe, le très gros succès commercial des SUV (4x4 de loisir) Peugeot 3008 et 5008, a profité à Faurecia qui fournit notamment les sièges de ces modèles. Le chiffre d'affaires a progressé de 10,9%, à taux de change constants, sur la région et le résultat opérationnel de 12,8%, à 305,3 millions d'euros, soit une marge de 6,5%.

En Amérique du Nord (25% de l'activité mondiale), les ventes ont augmenté de 6,2% et la marge a atteint 6,1% (+0,4 point).

L'équipementier estime avoir réalisé en Asie "une solide performance des ventes, tirée par les constructeurs chinois". Faurecia réalise 17% de ses ventes sur ce continent, dont les trois quarts en Chine. Le chiffre d'affaires asiatique a progressé de 17% à taux de change constants, permettant de dégager une marge stable à 11,6%.

L'Amérique du Sud reste très minoritaire et pèse seulement 4% du chiffre d'affaires de Faurecia. Mais le groupe y connaît une croissance de 17%, deux fois supérieure à celle du marché. La marge s'est nettement redressée et a presque doublé sur la région pour atteindre 3,3%. Faurecia bénéficie à la fois de "la reprise du marché et (de) l'augmentation des ventes aux grands constructeurs", principalement Fiat Chrysler (FCA), Ford et Volkswagen.