Dans le cadre de son étude consacrée au marché du crédit à la consommation, qui porte sur 28 pays de l’Union européenne, Crédit Agricole Consumer Finance a braqué cette année les projecteurs sur le financement automobile.

« Dans les cinq principaux marchés d’Europe occidentale, l’évolution du financement automobile est systématiquement supérieure à l’évolution des encours de crédit en 2017. En Allemagne, la production de LOA et de crédit pour l’achat de véhicules a ainsi augmenté de 8% contre 3% pour les encours totaux, en Espagne de 18% contre 15% et en France de 14% contre 6%. Notons que la France a une dynamique de financement automobile largement plus forte que ses voisins : avec une hausse de 14% contre 6%, l’écart est le plus marqué des cinq pays comparables », expose ainsi la filiale de Crédit Agricole.

51% des financements pour le VN


Le financement de voitures, via le crédit affecté à l’achat et la location avec option d’achat (LOA), concentrait 38% de la production de crédit à la consommation en 2017.
Les voitures neuves représentaient 51% du financement et les voitures d’occasion 38%. Viennent ensuite les véhicules commerciaux (7% de la production de crédit) puis les autres véhicules, notamment les véhicules de loisirs (4% du total). A noter que les véhicules d’entreprises pesaient pour 23% de l’acquisition d’automobiles neuves.

« En 2017, la production de crédit automobile a augmenté de 9% dans l’Union Européenne. Cette hausse est notamment tirée par la dynamique croissance des ventes de véhicules d’occasion. La production de crédit affecté à l’achat de véhicules d’occasion a ainsi augmenté de 13% contre 7% pour le financement des véhicules neufs », observe Jérôme Hombourger, directeur général adjoint en charge du développement et de la stratégie de Crédit Agricole Consumer Finance.


Le financement en LLD explose


En France, 56% des ménages ayant un crédit à la consommation en cours en 2017 s’en servent pour acquérir une voiture ou un deux-roues. Sur l’ensemble des ménages français, 15% ont actuellement un crédit pour financer un véhicule.

« Alors qu’en 2005, l’achat de véhicules neufs constituait le principal segment, il est aujourd’hui le plus faible et a baissé de 44% en 12 ans. A l’inverse, la LOA a bondi avec une croissance de 250% sur la même période. Et, dans l’intervalle, les crédits affectés à l’acquisition de véhicules d’occasion ont été plutôt stables avec une hausse mesurée de 3%, analyse Crédit Agricole Consumer Finance. En complément de ces formes de financement, les ménages investissent aussi dans l’automobile via des contrats de location longue durée (LLD). 540 000 véhicules neufs ont été financés en 2017 par la LLD soit 25% des immatriculations totales (contre environ 35% pour la LOA). Le financement de LLD par les établissements de crédit a explosé en 2017 (+46%) tout en restant à un niveau faible (520M€ de production pour les membres de l’ASF contre 7,1 milliards € en LOA) ».

En Allemagne, le crédit automobile représente 45% des volumes de crédit à la consommation, tiré notamment par l’achat de voitures d’occasion. Au Royaume-Uni, et selon la Banque d’Angleterre, 86% des véhicules neufs sont financés par un crédit ou une LOA. Contrairement à la France et au Royaume-Uni, où la LOA progresse fortement, les formules locatives restent assez peu répandues en Espagne, avec seulement 4% de la production annuelle de crédit à la consommation. Enfin, en Italie, le financement automobile pèse une part relativement mesurée du marché du crédit à la consommation. En 2016, l’acquisition de véhicules concentrait 23% de la production de crédit, soit le ratio le plus faible des cinq pays étudiés.