Quelques employés du groupe ayant signalé des erreurs dans les données transmises aux autorités américaines, Ford a lancé une enquête interne sur les émissions polluantes réelles de ses voitures.

« Cette démarche et les craintes potentielles soulevées ne portent pas sur des logiciels destinés à truquer les émissions de nos produits et cela ne remet pas en cause les labels et les certifications liées aux émissions et à la consommation de nos véhicules », affirme un porte-parole du groupe dans un communiqué. L’enquête débutera par le Ranger 2019, mais sera étendue à d’autres voitures de la gamme.

En fait, les données sur les émissions polluantes des voitures Ford fournies aux autorités réglementaires seraient tronquées parce qu'elles contiendraient des erreurs non détectées lors des tests sur route.

Ford a décidé d’associer à cette enquête un organisme et des experts indépendants, indiquant qu’il était ouvert à l’éventualité de changer ses méthodes de mesures, si besoin. Le groupe est aussi disposé à partager l’avancée de cette enquête et ses résultats avec l’Agence de protection de l’environnement américaine et les dirigeants du « California Air Resources Board ».