Après avoir dévoilé les résultats 2018 de Ford, Jim Hackett, président du groupe, a envoyé un email aux salariés, que Reuters s'est procuré, et dans lequel il parle de performances « médiocres ». Si le résultat d’exploitation ressort à 7 milliards de dollars, la marge opérationnelle est en baisse, à 4,4%. « C’est quasiment la moitié de ce que nous devrions faire », tempête Jim Hackett. Seul le marché nord-américain surnage (7,9% de marge opérationnelle).

En fait, en dehors de l’Amérique du Nord, toutes les grandes régions du monde sont en repli (Amérique du Sud, Europe, Moyen-Orient Afrique, Asie Pacifique dont la Chine). L’unité « Mobilité » est aussi dans le rouge, suite à de nouveaux investissements dans les services de mobilité et le véhicule autonome, tandis que Ford Crédit affiche des performances robustes, notamment son meilleur résultat d’exploitation depuis huit ans.

Si Ford n’a pas donné d’objectifs financiers précis pour 2019, Jim Hackett et Bob Shanks, directeur financier du groupe, ont confirmé leurs efforts de restructuration, notamment en Europe : « Notre plan est solide, nous savons où nous allons, nous sommes désormais dans la phase d’exécution ».