« Nous sommes au début de la réorganisation de nos équipes à l'échelle mondiale pour soutenir les objectifs stratégiques de l'entreprise, créer un environnement de travail plus dynamique et plus adapté à l'activité », a indiqué le groupe dans une déclaration écrite transmise à l'AFP, avant de poursuivre : « La réorganisation se traduira par une réduction des effectifs au fil du temps et cela dépendra de la situation géographique et des équipes concernées ». Plus de détails devraient être communiqués prochainement.  

A la fin du mois de juillet, Ford avait annoncé une vaste restructuration devant se traduire par une charge de 11 milliards de dollars dans ses comptes dans les trois à cinq prochaines années. Le volet social n’était pas déterminé, et il s’agissait surtout de revoir le design de certains modèles, de réorienter des liquidités vers les segments rentables, et de réexaminer certains partenariats stratégiques. Des inflexions significatives qui s’inscrivaient dans la continuité de choix antérieurs, comme le gel des investissements sur le segment des véhicules compacts aux Etats-Unis, par exemple.

En Asie, et plus particulièrement en Chine, son portefeuille n'a pas été revu depuis longtemps, tandis qu'en Europe le groupe déplore un manque de productivité et un manque d'efficacité. Au deuxième trimestre, les deux régions ont déploré des pertes financières.

En outre, le 26 septembre dernier, un porte-parole de Ford avait indiqué que les taxes à l'importation imposées par le président Donald Trump sur l'acier et l'aluminium aux partenaires commerciaux des Etats-Unis, avaient déjà coûté un milliard de dollars au groupe.


(avec AFP)