Le ministère ne parle même plus d'objectif annuel, préférant annoncer qu'il escompte délivrer "500 000 aides d'ici à la fin du quinquennat". Selon le communiqué des services de Nicolas Hulot, 90 000 demandes de primes à la conversion ont été enregistrées au cours des six premiers mois de l'année. Et 75 000 dossiers sont déjà été honorés selon la même source...

La prime à la conversion, qui permet aux ménages imposables comme non-imposables d'acheter un véhicule neuf ou d'occasion récent en échange de la mise au rebut d'un engin plus âgé, devait à l'origine faire l'objet de 100 000 demandes cette année. Le quota étant quasiment atteint en un semestre, l'Etat devra faire preuve d'ingéniosité pour honorer les primes plus avant dans l'année...

En attendant, le ministre Nicolas Hulot "se réjouit" de ce succès. Le ministre contemple avec une certaine satisfaction la répartition par énergie des engins envoyés à la casse : 80,1% de diesels (62 752 véhicules), 19,8% d'essence (15 513).
D'un point de vue sociologique, 70,1% des demandeurs ne sont pas imposables tandis "qu'environ 60% des aides ont donné lieu à l'achat d'un véhicule d'occasion".