Gefco, désormais contrôlée à 75% par le groupe russe de chemins de fer RZD et à 25% par PSA, a donc suspendu son projet d'entrée en Bourse, à l’image de LeasePlan quelques mois plus tôt ou encore du groupe Autodis (AD).

A la fin de l’année 2018, Gefco avait annoncé étudier une démarche pour coter ses actions sur Euronext Paris. Deux sources avaient alors indiqué que les banques Société Générale, JP Morgan, Citigroup, UBS et Credit Suisse avaient été mandatées pour cette opération.

Interrogée mercredi 13 février 2019 sur la véracité de la suspension de ce projet, une porte-parole russe de Gefco confirme succinctement : « En réponse à votre question, je peux vous informer que l'introduction en Bourse a été reportée dans l'attente de conditions de marché plus favorables ».

Rappelons que Gefco fait preuve de dynamisme en ce début d’année. Ainsi, tout début janvier, le groupe a annoncé avec Bergé la signature d’un accord visant à créer le leader de la logistique des véhicules finis en Espagne.

Plus récemment, Gefco a officialisé un contrat portant sur 47 wagons, pour accompagner le ramp-up de l’activité de la nouvelle usine du groupe PSA, à Kenitra, au Maroc. La nouvelle usine devrait produire 100000 véhicules en 2019, puis voir sa capacité annuelle passer à 200000 unités à partir de 2020.