Au mois d'octobre, 153 599 voitures neuves ont été vendues sur le marché britannique, a indiqué l'Association des constructeurs et des vendeurs automobiles (SMMT) dans un communiqué.

Cette baisse suit une chute des ventes de voitures de 20,5% en septembre, traditionnellement l'un des mois les plus dynamiques de l'année mais plombé cette année par un changement réglementaire sur les émissions de CO2.

Les ventes de voitures diesel ont particulièrement souffert en octobre, baissant de 21,3%, ce qui n'a pu être compensé par une progression de 7,1% des ventes de voitures à essence et par un bond de 30,7% des ventes de voitures électriques et hybrides. Au total, la baisse des ventes s'est fait sentir côté particuliers (-1%) comme côté entreprises (-5,2%).

Le véhicule le plus vendu en octobre a été la Ford Fiesta, devant la Golf de Volkswagen, la Classe A de Mercedes et le Tiguan de Volkswagen.

Les craintes concernant l'avenir du diesel, les nouveaux tests antipollution et l'incertitude liée au Brexit, qui pèse sur le moral des entreprises et des ménages, figurent parmi les raisons expliquant ces chiffres moroses.

"La confiance des consommateurs est fragile, ils restent prudents quant aux achats importants", a estimé Howard Archer, économiste chez EY Item Club.

"Les entreprises peuvent également faire preuve de prudence dans leurs achats automobiles en raison des incertitudes liées à l'économie et au Brexit. Certaines d'entre elles peuvent choisir de repousser le remplacement de leurs véhicules jusqu'à ce que l'avenir s'éclaircisse", a-t-il ajouté.

Il a rappelé que les constructeurs automobiles s'alarmaient d'une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord entre Londres et Bruxelles, ce qui perturberait fortement leurs chaînes d'approvisionnement.

Le constructeur automobile Jaguar Land Rover a d'ailleurs menacé cet été de réduire ses investissements au Royaume-Uni en cas de Brexit "dur".

En raison d'un ralentissement de la demande, ce constructeur a fermé deux semaines son usine de Solihull, près de Birmingham (centre de l'Angleterre), mettant au chômage technique quelque 10 000 employés. L'usine a rouvert lundi.

Depuis le début de l'année, les ventes de voitures au Royaume-Uni ont reculé de 7,2% par rapport à la même période de l'an passé, à un peu plus de 2 millions de véhicules vendus.