Lorsque les marchés émergents toussent, Renault s'enrhume. Tandis que le groupe annonce avoir vu son chiffre d'affaires reculer de 6% au troisième trimestre (à 11,4 Mds€), et ses immatriculations à périmètre constant de 1,7%, trois pays sont principalement mis en avant pour expliquer ce tassement : l'Inde (-34,7% d'immatriculations), l'Iran "où notre activité est mise en veille" et la Turquie  qui "voit ses volumes baisser de 52,5 % sur un marché qui décroit de 51,3%" précise Renault.

A contrario, les ventes se sont révélées en hausse en Europe (+8,6%), en Eurasie (+5%) et en Asie-Pacifique (+72%), où Renault a fait le choix cette année d'intégrer les immatriculations de ses marques Jinbei et Huasong. Si tel n'avait pas été le cas, la région serait en recul de 14,8%.

Dans le détail des modèles, au niveau mondial, Renault demeure bien un constructeur français : flamboyant pour ce qui concerne les petits modèles, nettement moins à son avantage dès que l'on parle des segments supérieurs.

Ainsi la Renault Clio : première vente mondiale du constructeur, le véhicule a progressé de 6,4% (sur 9 mois) avec 315 541 immatriculations. Le SUV Captur n'est pas en reste, tout comme la Twingo, qui observe un généreux +12,3% d'immatriculations avec 66 724 exemplaires diffusés.
La gamme Dacia dans son ensemble a elle aussi progressé : +10% de ventes sur les 9 mois écoulés, sachant toutefois que les modèles connus en France sous la marque roumaine mais vendus sur les marchés émergents avec un logo Renault n'ont pas forcément été à la fête. La "Renault Sandero" a ainsi vu sa diffusion se tasser de 12,3%.

La tonalité est donc différente dès que l'on atteint le segment C. Toujours au niveau mondial et sur 9 mois cumulés, la Mégane a connu un recul de ses ventes de 2,7%. Idem pour le Kadjar (-4,5%) et surtout pour les hauts de gamme Espace (-23,8%) et Talisman (-42,3%).
Les résultats des véhicules électriques, enfin, n'ont pas forcément de quoi donner le sourire à un constructeur qui a pourtant beaucoup investi sur le sujet. Renault a beau signaler que la Zoé "a enregistré des volumes en augmentation de 7% et Kangoo Z.E.double ses ventes" en Europe, le tableau est moins reluisant qu'il n'y paraît. Au niveau mondial, les ventes de Zoé n'ont gagné que 4% cette année, avec 24 576 unités distribuées. Un modèle dont 44% du volume de ventes s'effectue en France, et 59,3% entre la France et l'Allemagne.

Renault a maintenu ses prévisions pour 2018 : le chiffre d'affaires devrait progresser, la marge opérationnelle du groupe devrait être supérieure à 6%, et le "free cash flow" opérationnel de l'automobile devrait demeurer positif.