Pour de nombreux spécialistes du groupe coréen, les décisions prises par Euisun Chung, récemment nommé vice-président exécutif de Hyundai, tendent à démontrer qu’il cherche à imposer son style et qu’il devrait succéder rapidement à son père à la tête du groupe.

Ainsi, le groupe vient de créer un laboratoire dédié à l’intelligence artificielle et destiné à alimenter les nouvelles solutions de mobilités. Il a aussi mis en place une « business unit » focalisée sur les véhicules à pile à combustible, afin d’accélérer significativement le développement des modèles à hydrogène.

Euisun Chung a aussi promu des managers qu’il avait fait venir au sein du groupe récemment. Thomas Schemera, en provenance de chez BMW pour s’occuper initialement de la marque « hautes performances » N de Hyundai, a se voit confier le périmètre du planning produits pour les véhicules électriques, connectés et autonomes. Par ailleurs, Luc Donckerwolke, ancien responsable du design de Bentley, avait rejoint le groupe courant 2016 et il est aujourd'hui promu directeur du style, Peter Schreyer ayant vu son rôle élargi le mois dernier.

Certains observateurs relèvent qu’Euisun Chung cherche à rendre la direction du groupe plus cosmopolite, ouvrant des postes clés à des profils non coréens. Dès lors, plusieurs nominations attendues avant la fin de l’année (la direction des opérations en Amérique du Nord, par exemple) seront scrutées et analysées avec attention.



(avec Reuters)