PSA ne devrait plus avoir de parts dans l'usine de Kolin, située en République Tchèque, à l'horizon 2021. Ce site, actuellement copropriété entre PSA et Toyota, sert à produire la triade 108 / C1 / Aygo.

Annoncée par les deux partis, cette volonté a de quoi surprendre. La République tchèque, à l'instar de ses voisins qui appartiennent à l'ex-bloc communiste, est en effet un eldorado industriel automobile. En 2017, selon l'association Auto Sap, qui représente les intérêts des constructeurs implantés en République tchèque, 1 413 881 Véhicules particuliers (VP) y ont été fabriqués, soit un résultat (record) en hausse de 5,2% : "Le pays est devenu le deuxième plus gros producteur (en véhicules par habitant) au monde" a fait savoir Auto Sap, avant de signaler que la République tchèque est aussi "le 5e plus gros producteur de véhicules en Europe et le 17e dans le monde." Ce sont 126 375 personnes qui ont oeuvré dans l'industrie automobile en 2017, +5,8%.

Cette année, les résultats devraient être encore meilleurs. Sur les 10 premiers mois 2018,  1 195 659 VP et VU ont été construits en République tchèque, +1,9%. Une hausse qui est surtout le fait de Skoda. La marque tchèque du groupe Volkswagen a vu ses volumes grimper de 3,6% à 736 436 unités, tandis que PSA-Toyota a certes observé une augmentation de production de 9,4%, mais avec 176 873 véhicules assemblés seulement. Seul Hyundai a moins fabriqué cette année : -6,1% pour l'instant.

La République tchèque fait partie des pays où il fait bon s'implanter industriellement parlant pour un constructeur. Le groupe Volkswagen s'en est largement aperçu. L'usine Skoda de Kvasiny est aujourd'hui au maximum de ses capacités, d'autant plus depuis que la Volkswagen Passat doit y être produite d'un jour à l'autre. Volkswagen chercherait donc un nouveau point de chute pour construire davantage, sans doute en Bulgarie voire en Roumanie.

Les équipementiers aussi sont toujours à l'affût de plus d'opportunités en République tchèque. Voici moins d'un mois, Magna a inauguré sa nouvelle usine à Chomutov. Celle-ci devrait produire avant la fin de cette année des sièges pour le compte de BMW. Valéo, équipementier français concurrent, a de son côté annoncé qu'il était à la recherche d'un 5e site en territoire tchèque. Celui-ci, qui sera opérationnel l'an prochain, servira à la mise au point et à la production d'aides à la conduite.