Newsco Groupe, filiale de SFR-Altice, cède son pôle automobile Le Journal de l’Automobile à un actionnariat composé majoritairement de Jacob Abbou, appuyé par le Groupe Argus. Fondé en 1979 par Jacob Abbou, le titre de presse retourne donc à son premier propriétaire qui l’avait vendu à Newsco en 2015.

Outre le Journal de l’Automobile, le groupe éponyme comprend également les titres le Journal de la Rechange et de la Réparation, le Journal des Flottes, Le Journal du Poids lourd, Pneumatique et Le Journal des Transactions Automobiles, sans oublier l’organisation d’évènements d’envergure majeure tels L’homme de l’année, les Etats-majors du VO ou encore La Concession et le Groupe de l’année. Fort de ce portefeuille de publications spécialisées à l’expertise reconnue, le groupe réalise environ 4 millions d’euros de CA annuel avec une quinzaine d’employés dont la moitié de journalistes.

Une force de frappe d’information automobile 

Le nouvel actionnaire majoritaire du Journal de l’Automobile, Jacob Abbou, homme de presse et passionné d’automobile, également professeur à HEC, assurera conjointement la direction du JA avec Alexandrine Breton des Loÿs, Présidente du Groupe Argus. Petite-fille du fondateur de L’argus qu’elle dirige depuis 2001, Mme Breton des Loÿs a œuvré à la transformation de ce journal en un groupe d’édition international dédié aux professionnels de l’automobile, centré sur cinq métiers répondant aux enjeux actuels de la distribution : valorisation, gestion, conseil, acquisition et information.

Ce pôle information du Groupe Argus regroupait jusqu’à présent les journaux L’argus et L’argus édition pro, ainsi que les sites pro.largus.fr, Neowebcar, Autoreflex, 321auto et surtout largus.fr, première plate-forme d’information automobile grand public de France avec 5 millions de visiteurs uniques par mois. La prise de participation dans le Journal de l’Automobile permettra de créer une véritable force de frappe d’information et de communication, concrétisée par des évènements co-brandés, des abonnements couplés pour les différents titres, ou encore des offres éditoriales nouvelles, tout en mutualisant les moyens commerciaux, administratifs et techniques.

« Le contexte est difficile pour la presse française : j’ai toujours eu à cœur de la soutenir et l’accompagner dans la transition vers le numérique », explique Alexandrine Breton des Loÿs, qui entend bien capitaliser sur les synergies possibles entre « ces deux groupes aux activités et aux publics complémentaires ». Jacob Abbou, quant à lui, se réjouit de travailler avec le Groupe Argus : « Alexandrine Breton connait très bien les métiers et les acteurs de l’automobile. Je suis très fier d’écrire avec elle une nouvelle page de l’histoire du Journal de l’Automobile. »