La Chine, plus particulièrement l'agitation créée par l'administration de Donald Trump autour de ce pays, nuit au commerce des constructeurs dans leur ensemble.
D'après les chiffres livrés par Jaguar Land Rover (groupe Tata), le mois de novembre n'a pas été un grand cru : 48 160 véhicules livrés dans le monde, -8%. Jaguar a fait état d'une dynamique bien meilleure que celle de Land Rover, avec une hausse de ses ventes de 8,9% à 14 909 unités. La marque spécialiste des 4x4, en revanche, a baissé de 14% le mois dernier avec 33 251 immatriculations au niveau mondial.

Selon le constructeur, ces résultats globaux "reflètent les conditions de marché toujours difficiles en Chine, alors même que les autres marchés sont en progression". Les ventes ont en effet chuté de 50,7% en Chine en novembre, car il y aurait de 'l'incertitude" de la part des consommateurs en raison des changements de droits de douane. Le groupe assure travailler "de près" avec ses distributeurs chinois pour tenter de sortir de cette mauvaise spirale commerciale.

De l'autre côté du globe, les affaires se sont révélées plutôt bonnes pour le groupe Tata: +18,1% d'immatriculations en Amérique du Nord "en raison des bonnes ventes des modèles Range Rover" note le constructeur, qui indique aussi que ce mois de novembre s'est même révélé "record" du point de vue commercial. Les ventes ont aussi progressé en Europe, de 5,6%.

La France n'a toutefois pas forcément apporté beaucoup de satisfaction à Jaguar Land Rover en novembre : 684 immatriculations, -32%, essentiellement en raison de l'effondrement de l'Evoque (-72,4%). Le nouvel Evoque vient en effet d'être présenté, il peut d'ores et déjà être commandé mais les livraisons n'interviendront pas avant le printemps 2019.

Le bilan mondial de Jaguar Land Rover sur onze mois est en baisse de 4,4%, avec 540 848 véhicules distribués.