Les marques anglaises de prestige sont parvenues à sauver les meubles au premier semestre 2018 : avec 318 219 Jaguar et Land Rover neuves distribuées dans le monde, le résultat des deux marques se révèle en très légère hausse de 0,4%. Land Rover s'est trouvé en meilleure forme que Jaguar : +1,1% de ventes avec 224 164 modèles écoulés, quand Jaguar a fait état d'une petite baisse de 1,2% avec 94 055 berlines et SUV vendus.

Les résultats varient bien sûr en fonction des différents marchés. Mais il en est un où les chiffres de Jaguar Land Rover importent particulièrement : au Royaume-Uni, Jaguar a vécu un premier semestre calamiteux, avec 18 152 immatriculations (-10,9%), à l'instar de Land Rover, qui a vendu 41 432 voitures (-9,2%). Le Brexit commence à peser sérieusement sur la dynamique de marché en Angleterre, à tel point que le dirigeant de deux marques a publiquement prévenu qu'un retrait du pays d'origine était tout à fait envisageable : "Si nous sommes contraints d'aller ailleurs parce que nous ne bénéficions pas de bonnes conditions, nous fermerons les usines en Angleterre et ce sera très triste. Cela demeure hypothétique, j'espère qu'il s'agit d'une option que nous n'aurons jamais à utiliser" a fait savoir le PDG Ralf Speth au Financial Times.

La France  s'est révélé un marché contrasté pour Jaguar et Land Rover au premier semestre. Land Rover a vu tous ses modèles perdre du terrain en dehors du nouveau Velar, tandis que chez Jaguar... les immatriculations ont grimpé de 35,5% !
Le récent E-Pace, avec 1341 ventes additionnelles par rapport au premier semestre 2017, a permis à la marque de présenter un bilan global positif :  "Le lancement de la E-PACE est un vrai succès. Son style, sa dynamique de conduite et sa compacité en font un vrai succès, notamment en milieu urbain et auprès des femmes. C'est notre modèle d'accès à la marque par son positionnement prix, c'est donc logique de retrouver la E-PACE en tête de nos ventes" note à ce propos David Bucher, le directeur du marketing de la marque en France.

Le succès de l'E-Pace et des 4x4 en général a cependant pesé sur le reste de la gamme. XE et XF ont vu leur bilan commercial virer au rouge : 251 XE vendues en France au premier semestre (-50,4%), 158 XF (-26,5%) : "Le marché des berlines est en fort recul en dehors des canaux de ventes "artificiels" comme les démonstrations (hors besoin naturel pour les essais) et loueurs courte durée. Nous avons fait le choix de ne pas partir dans la course aux immatriculations tactiques et avons limité nos volumes à la demande du marché qui est fortement impactée par l'offre SUV qui concentre la demande" commente encore David Bucher.