"C’est avec tout le soutien de l’ensemble des acteurs de la gouvernance du groupe Michelin que Jean-Dominique Senard, Président du groupe Michelin, a accepté le mandat de président du Conseil d’administration de Renault à compter du 24 janvier 2019. Jean-Dominique Senard continuera d’assurer la présidence du groupe Michelin jusqu'à la fin de son mandat en mai 2019", indique le groupe par voie de communiqué.

Et de poursuivre : "La transition à la tête du groupe Michelin, annoncée dès février 2018, est engagée depuis mai 2018. A seulement quelques semaines du passage de relais, Florent Menegaux, gérant et futur président, a d’ores et déjà progressivement pris une part de plus en plus importante dans le pilotage du groupe, en parfaite coordination avec Jean-Dominique Senard.
Afin que cette période se déroule dans les conditions les plus exigeantes en termes de rigueur et d’éthique, des procédures particulières seront mises en place chez Michelin.
Par ailleurs, Jean-Dominique Senard a souhaité qu’il soit tenu compte de l’exercice simultané de ses deux mandats dans la politique de rémunération qui s’appliquera à lui chez Michelin pendant cette période, sous forme d’une diminution de sa rémunération
".


Florent Menegaux succédera comme prévu à Jean-Dominique Senard à la tête de Michelin après l’Assemblée générale du groupe qui se réunira le 17 mai 2019 à Clermont-Ferrand. Rappelons que Florent Menegaux représente le changement dans la continuité. La continuité, dans la mesure où il occupe des responsabilités au sein du groupe depuis 1997, avec d’excellents résultats en tant que directeur général des opérations depuis 2014. Mais aussi le changement, car sa jeunesse (il n’a pas encore 56 ans) en fait l’homme tout désigné pour piloter opérationnellement le vaste plan de réorganisation et de modernisation du groupe annoncé l’an passé par Jean-Dominique Senard. De surcroît, à l’image de Jean-Dominique Senard, Florent Menegaux est efficace, mais volontiers discret et toujours affable, ce qui correspond à la philosophie de Michelin. Enfin, peu d’observateurs imaginaient que Michelin allait recruter à l’extérieur du groupe.