La branche loueur courte durée du CNPA, présidée par André Galin, hérite d’une nouvelle appellation plus en vogue : les métiers de la mobilité partagée. Un changement qui fait naturellement écho aux nouveaux modes de consommation et à l’émergence des acteurs spécialisés dans l’auto-partage, le co-voiturage ou encore la location entre particuliers.

L’enquête réalisée par GMV Conseil, et portant sur l’analyse de plus de 35 000 français ayant eu recours à la location de voitures en 2015 dans l’Hexagone, révèle une stabilisation du nombre de locataire par rapport à 2014, à 7,5 millions, ainsi que du volume de véhicules loués (20 millions). Le taux de recours à la location a même diminué, passant de 15,2 % en 2014 à 14,6 % l’an passé. Il en va de même pour la location de très courte durée (quelques heures), qui a perdu 1 point en un an, avec une part de 17 %.

Dans le même temps, la location de véhicules entre particuliers, qui pèse environ 3 % du marché global, a augmenté de 2 points par rapport à 2014. L’an passé, 5 % des détenteurs de permis interrogés ont affirmé avoir déjà loué entre particuliers.

Location courte durée : un marché qui pèse 3,2 milliards d’euros

 


En France, selon le CNPA, le marché de la location courte durée pèse dans son ensemble 3,2 milliards d’euros, dont 60 % émanent des enseignes organisées en réseau et 40 % des indépendants et de la grande distribution. Avec une part de 3 % du marché, la location de véhicules entre particuliers représente donc un chiffre qui avoisine les 96 millions d’euros.

 « Nous ne faisons pas le même métier, nous ne proposons pas les mêmes produits…Mais ces acteurs ont ouvert le marché et leur part, si elle n’est pas extensible à l’infini, augmente chaque année, réagit André Gallin, président de la branche Métiers de la mobilité partagée. Notre intérêt est d’accueillir une nouvelle mobilité pour donner plus de sens et de cohérence à ce métier. Il faut savoir que la France reste très amont sur ces sujets par rapport aux autres pays ». L’enquête révèle une appétence plus forte à la location entre particuliers chez les femmes, les gens âgés de moins de 35 ans, les habitants des petites villes (moins de 2 000 habitants) et les personnes à plus faible revenu. Selon André Gallin, les principaux arguments de ce mode de consommation reposent sur la proximité, la convivialité et ensuite le prix.