"En raison de son retrait de la Russie et du développement modéré du marché automobile européen dans son ensemble, Opel adapte sa production pour certains modèles à la situation du marché", explique le constructeur dans un communiqué.

D'ici la fin de l'année, il va observer environ 25 jours de chômage partiel à Eisenach (centre), où sont produites la Corsa et l'Adam, et 15 jours à Rüsselsheim (ouest), son siège situé près de Francfort, où est fabriquée l'Insignia.


Diminuer les stocks

Il s’agit pour le constructeur de "diminuer les stocks et les coûts associés.
L'entreprise avait prévu de vendre en 2015 plus de 80.000 véhicules en Russie, un marché qui s'est effondré et duquel elle s'est rapidement retirée cette année.

Opel "ne peut compenser qu'en partie ce volume avec des hausses de ventes sur d'autres marchés", selon le communiqué.

Le constructeur se dit néanmoins "confiant" dans sa capacité à continuer à croître cette année. En 2014, il a écoulé, avec sa marque soeur britannique Vauxhall, 1,08 million d'unités.

Dans le rouge depuis des années, Opel compte renouer avec les bénéfices en 2016.