Depuis Paris, Yokohama et Tokyo, ce jeudi 29 novembre 2018, les trois parties de l’Alliance ont publié un communiqué de presse commun particulièrement concis : « De manière unanime et avec conviction, les conseils d’administration du Groupe Renault, de Nissan Motor Co.Ltd et de Mitsubishi Motors Corporation ont réaffirmé, ces derniers jours, leur profond attachement à l’Alliance. Depuis deux décennies, la réussite de l’Alliance est inégalée. Nous restons pleinement engagés pour l’Alliance ».

Pas de krach boursier

Un signal envoyé aux analystes et aux places de marché, afin de mettre à une juste distance toutes les rumeurs et les conjectures qui abondent sur tous les médias, les syndromes de « l’info en continu » et des « sources anonymes » étant à leur acmé.

D'une manière générale, les différents groupes n’ont pas dévissé en Bourse : très chahuté après l’annonce de l’arrestation de Carlos Ghosn (et chahuté tout court depuis le début de l’année), le titre Renault a malgré tout gardé la confiance des agences de notation ; de son côté, dans ces turbulences, l’action Nissan conserve de bonnes notes de trading.

Stress test pour la gouvernance de l'Alliance

Toujours est-il que l’attention se focalise nécessairement davantage sur la question de la gouvernance de l’Alliance, ainsi que sur le dossier technique de la structure de son actionnariat. Et dans ce périmètre, au cours des semaines à venir, l’Alliance va faire face à son premier véritable stress test.