Sous les feux de l’actualité depuis l’arrestation de Carlos Ghosn et sa mise à l’écart, l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi est cette fois sur le devant de la scène pour un motif plus réjouissant, dans la mesure où il conserve la première place mondiale au titre du nombre de véhicules écoulés en 2018. Avec 10,76 millions d'unités, en progression de 1,4% par rapport à 2017, l’Alliance devance le groupe Volkswagen (10,60 millions de véhicules) et le groupe Toyota (10,39 millions d’unités).

S’il n’y a pas lieu d’ergoter, il convient cependant de préciser que Volkswagen récupère le trône mondial au classement VP/VUL/VI, grâce aux activités poids-lourds de Man et Scania. Son total s’établit alors à 10,83 millions de véhicules (+0,9%), ce qui le place devant l’Alliance (10,76 millions) et le groupe Toyota (10,59 millions d’unité, +2%, dont 204000 unités VI via Hino).

Derrière ce trio, on retrouve notamment GM, qui marque logiquement le pas suite à la cession d’Opel-Vauxhall au groupe PSA, et le groupe Hyundai-Kia, qui a battu son record mondial (7,4 millions de véhicules).

Pour conclure, on doit mettre en exergue qu’il s’agit d’un classement en volume, indépendant des indicateurs financiers des différents groupes (rentabilité, PRF par véhicule produit, valorisation, etc.).