Le marché automobile allemand a donc déploré un nouveau repli significatif des ventes de VN en novembre 2018 : 272674 unités, soit -9,9% par rapport à novembre 2017. C’est moins brutal qu’en octobre, mais le contrecoup du WLTP n’en demeure pas moins abrupt.

Après -18,9% en octobre, Volkswagen a encore souffert en novembre, enregistrant un repli de -15,4%, mais conserve largement la première place en termes de part de marché (18,1%).

Toujours chez les constructeurs domestiques, mais sur le segment premium, Audi poursuit son « annus horribilis » : -42,6%, après la dérive déjà sévère d’octobre (-64%). A l’inverse, de leur côté, BMW (+11,5%) et Mercedes-Benz (+6%) confirment leur rebond, pour atteindre respectivement 9% et 11,2% de part du marché.

Au niveau des énergies, le diesel a limité sa chute, en affichant certes une baisse de 10 % en novembre sur un an, mais atteignant avec 34% une part du marché similaire à novembre 2017. Le segment des véhicules 100% électriques est très dynamique, avec une croissance supérieure à 40%, même si la part de marché reste réduite (1,6%).

Sur le plan de l’activité, les prévisions ne sont pas engageantes pour le dernier mois de l’exercice. « Chez certains constructeurs, l'offre de véhicules certifiés est toujours très limitée, ce qui fait reculer les ventes », relève Peter Fuß, analyste chez EY, estimant que les choses ne devraient pas s’améliorer.


(avec AFP)