Les deux jours ouvrés en moins en juin 2019 auront laissé quelques traces…Car si le marché du véhicule particulier neuf a souffert, celui de l’occasion a également subi. Sur ce premier mois d’été quelque peu rétréci, 461 441 immatriculations VO ont été enregistrées en France, soit une baisse remarquable de 10,13% par rapport à la même période en 2018. Et personne, ou presque, n’a eu véritablement le sourire puisque tous les grands groupes ont été en peine, y compris les français Renault à -13,9% (102 887 unités écoulées) et PSA à -9,9% (159 646). Le groupe Hyundai a été positif à 1,2%, soit 8 832 unités écoulées en juin. Une mention spéciale est aussi attribuée à la marque du même nom qui s’est emparée de l’une des meilleures progressions sur le mois avec +2,3% (4 587) aux côtés de Skoda : +2,5% et 2 848 ventes. Et c’est tout.
Dans le détail, l’honneur est sauf pour les marques françaises avec Dacia (grande gagnante en juin) qui a augmenté ses ventes occasions de 5,6% (10 436) quand Renault, Peugeot et Citroën ont accusé respectivement un repli de 15,7% (92 325), de -9,3% (85 372) et de -9,8% (53 909). Notons que Renault n’est pas la seule à avoir franchi la barre des 15% de baisse puisque son alliée Nissan a atteint -15,3% (12 222) et que la marque Alfa Romeo a frôlé 15,5%.

Un semestre stable à 0,2%

Le mois de juin ne sera donc pas un bon souvenir pour ce cru 2019 : par tranche d’âge, le marché du véhicule particulier d’occasion n’a pas vraiment brillé. Par exemple, celle des véhicules de moins d’un an a reculé de 4,3% à 41 527 changements de mains et celle de 5 ans d’âge et plus a chuté de 13,2% à 291 194 immatriculations.

Comme pour ce qui est du VN, le VO a tout de même tenu bon sur le 1er semestre 2019 : le marché de l’occasion est resté stable à 0,2% sur les six premiers de l’année 2019 à 2 860 098 d’unités écoulées avec un jour ouvré en moins par rapport à l’exercice précédent. En général, on constate les bonnes performances des constructeurs allemands qui s’arrachent des résultats de revente bien au-dessus de la moyenne nationale : outre la marque Volkswagen (+1% et 216 929 immatriculations), BMW a par exemple performé à +5,4% (112 949) et Mercedes à 4,4% (107 163). Le japonais Toyota s’est également bien maintenu à 6% (75 659), ainsi que le coréen Hyundai à 7,3% (28 076).

Et, pour le coup, les marques françaises n’ont pas si bien entamé cette première partie de l’année 2019...Renault n’a pas su faire mieux que -4,3% d’évolution de ses ventes (591 979) alors que Peugeot (-0,1%) et Citroën (-1,8%) ont réussi à se stabiliser respectivement à 530 188 et 330 958 reventes.