Après quatre mois  placés sous le signe du WLTP, le marché français des VPN revient dans un périmètre plus rationnel  en novembre : 171615 immatriculations, soit un repli de 4,6% par rapport à novembre 2017. Au cumul des 11 premiers mois de l’exercice, le marché demeure bien orienté avec plus de 2 millions d’immatriculations, pour une croissance de 4,7% par rapport à la même période de référence 2017 (1,9 million).

Au sein des groupes français, le panorama reste stable et le groupe PSA continue de progresser : +1,9% à 58633 unités. En novembre, comme lors du mois précédent, Citroën a été le principal fer de lance du groupe (+10,3%), tandis que Peugeot continue cède un peu de terrain (-1,3%). DS rend une carte de +1,8% quand Opel dévisse de 3,2%.

Pour le groupe Renault, la situation reste délicate pour la marque phare qui perd 25,2%. Mais Dacia continue de faire sensation (+34,7%) et Alpine voit doucement ses livraisons s’intensifier (108 unités sur le mois).

Chez Nissan, on boit le calice jusqu’à la lie (-54,2%), tandis qu’Infiniti ne voit pas le bout du tunnel, avec 8 véhicules immatriculés en novembre…

Les difficultés s’estompent au sein du groupe Volkswagen, à -0,7%. Les marques  Audi et Porsche restent dans le dur, mais Seat et Skoda conservent leur dynamisme (respectivement +42,2% et +2%), tandis que Volkswagen sort la tête de l’eau (+12,3%). Notons qu’au cumul des 10 mois, Volkswagen reste encore dans le vert (+0,3%).

Par ailleurs, Toyota reste très bien orientée (+20,6%), au même titre que Kia et surtout Hyundai, qui a d’ores et déjà battu son record de France.
Pour le segment premium, les déboires d’Audi se poursuivent (-37,4%), tandis que BMW souffre aussi (-13,4%), et que Mercedes-Benz limite les dégâts (-8,3%). Volvo continue d’écrire sa success story avec une nouvelle performance remarquable en octobre (+38,4%).


Retrouvez toutes les immatriculations (résultats non consolidés) dans le fichier ci-joint.