« Le niveau du marché VN est très élevé et c’est tout simplement la meilleure performance des cinq dernières années pour un mois de février. De surcroît, il convient de se rappeler que février 2018 avait déjà placé la barre haut. On peut donc parler d’un mois de février exceptionnel, surtout que le marché VO affiche +6%.

Ces très bons résultats du marché VN doivent cependant être tempérés par l’analyse du comportement d’achat des particuliers, en recul de 6%. Le niveau reste néanmoins supérieur à celui de 2017, mais la part de l'ordre de 44% est assez basse et c’est donc un point de vigilance pour les mois qui viennent.
Par ailleurs, le dynamisme des loueurs de courte durée est un fait assez récurrent en début d’année. En revanche, le niveau des VD et des immatriculations constructeurs est élevé.
Parallèlement, la solidité des ventes aux sociétés (+3%) et en LLD (stables) constitue une indication rassurante, après une période de flottement liée à l’attente de la clarification de la TVS notamment.

Au niveau des énergies, l’essence continue de supplanter le diesel, mais le fait le plus significatif réside dans le véritable frémissement des énergies alternatives, qui représentent 7% des ventes. Les véhicules électriques (BEV et PHEV) atteignent 2% du marché. On peut souligner que les ventes de véhicules bénéficiant du bonus de 6000 euros progressent significativement (+39%).

Durant le mois de février, la croissance des segments des SUV a suivi l’évolution du marché, soit +2%. Depuis plusieurs mois, cette croissance se contracte, pour plusieurs raisons, leur consommation ou encore le fait qu’après un cycle de croissance spectaculaire, une évolution plus modérée est logique.
Toujours au chapitre des segments, deux points insolites peuvent être soulignés : la remarquable croissance des coupés, grâce à Alpine, et le dynamisme des cabriolets, ce qui s’explique sans doute par le niveau d’ensoleillement et une anticipation de certains loueurs de courte durée.

Sur le marché du VO, les VO récents (0 à 5 ans) continuent d’afficher une vigoureuse progression, à deux chiffres (+11%). Cet essor se confirme et prend même de l’ampleur, bien soutenu par les produits de financements locatifs. Ces derniers représentent désormais 7% du financement des VO de 0 à 5 ans. Une réelle opportunité pour les professionnels, qui peuvent faire valoir une valeur ajoutée n’existant pas sur le marché CtoC »

Propos recueillis par Alexandre Guillet