C'est voté ! Le Technical Committee of Motor Vehicles (TCMV), un groupe de travail de la Commission européenne, a donné son feu vert à la traduction en droit européen du WLTP le 14 juin dernier. Ce protocole de mesure des consommations va donc progressivement remplacer l'actuel, dénommé NEDC, à compter du 1er septembre 2017 pour les nouveaux types homologués, et à compter du 1er septembre 2018 pour toutes les voitures neuves vendues.

La commissaire européenne à l'industrie n'a pas manqué de se féliciter de ce vote favorable : "La Commission continue de répondre aux révélations sur les émissions des véhicules avec des mesures concrètes" a fait savoir Elzbieta Bienkowska, "c'est une bonne nouvelle pour le consommateur et pour l'environnement.". Son collègue commissaire au climat, l'espagnol Miguel Arias Canete, a insisté sur le fait que cette étape était "cruciale pour restaurer la crédibilité", sans préciser toutefois s'il parlait de celle de la Commission ou de celle des constructeurs. M. Canete a en outre indiqué que "basé sur cette solide nouvelle méthode, la Commission va proposer d'ambitieuses normes de CO2 pour le secteur automobile pour l'après 2020."

Ce qui signifierait donc, pour le plus grand soulagement des constructeurs, que les objectifs CO2 de 2020 (95g en moyenne selon le cycle NEDC) ne seraient pas revus...

Ce vote n'a pas encore de caractère totalement définitif, toutes les procédures légales européennes n'ont pas encore été honorées afin que le texte soit publié au Journal Officiel. Il apparait toutefois peu probable que le Parlement européen ou le Conseil de l'Europe s'opposent au WLTP.