Les distributeurs occupent mieux leur territoire

Retour de balancier. Premier temps : à la veille de l'entrée en vigueur du dernier règlement européen sur la distribution automobile, les marques rationalisent leur réseau de concessionnaires en le contractant, de façon parfois drastique. Quoi qu'elles en disent, de fait, dans le même mouvement, leur tissu commercial se rétrécit.

 

 

 

Jeunes marques en conquête

Second temps : conscientes du risque de se couper du marché, les marques entreprennent de raccommoder leur quadrillage ou de l'étendre. Les grands constructeurs bien installés, qui ne comptent désormais qu'un nombre restreint d'opérateurs, demandent à ces derniers d'ouvrir d'autres sites. De leur côté, les jeunes marques en conquête signent avec de nouveaux investisseurs, souvent déjà représentant d'autres panonceaux. Très souvent, dans ce cas, elles bénéficient d'infrastructures déjà existantes qui seront de ce fait mieux amorties.

 

 

Le retour des agents

Le mouvement le plus spectaculaire vient des agents. Entre 1997 et 2007, les réseaux secondaires ont presque été divisés par deux, tombant de 16 600 à 8 722. Depuis, ils reprennent du poil de la bête. En deux ans, le maillage des agences s'est accru de 1 600 sites.

Constructeurs français. C'est le résultat d'une politique très volontariste des responsables des réseaux de Renault, de Peugeot et de Citroën pour enrayer les effets désastreux du papy-boom sur leur couverture commerciale.

 

Conscients qu'ils risquaient de perdre une partie de leur enracinement dans la France profonde suite aux départs massifs à la retraite des garagistes qui avaient accroché leur panonceau dans les années 60 et 70, ils avaient lancé des campagnes de recrutement.

A ce jour, parmi les trois marques nationales, seul Renault est parvenu à inverser la tendance. En l'espace de deux ans, il a ainsi accru de 15 % à près de 4 500 le nombre de ses voisins utiles. De leur côté, Peugeot et Citroën ont au moins stabilisé leur réseau secondaire.

 

 Ils ont entrepris des campagnes de recrutement afin de l'étoffer. La marque aux chevrons puise parfois dans le vivier de ses garages Eurorepar pour maintenir sa présence sur certains territoires. Toyota. Le japonais a lancé une stratégie d'ouverture d'agences qui ne nécessitent pas de lourds investissements. Il en compte désormais 800 et devance largement sur ce point les autres généralistes Ford, Fiat et Opel.