Lors de l’annonce du rapprochement entre les groupes Lamirault et Schumacher en octobre 2018, il était surtout question d’assurer la pérennité des entreprises et de créer des synergies sur un territoire géographique complémentaire. Quatre mois plus tard, l’heure est venue de passer à la croissance externe.

L’Autorité de la concurrence rapporte ainsi que « la société Lamirault Finances, à laquelle s'est substituée la société Lamirault Schumacher Distribution, a confirmé sa volonté de racheter à JLG Financiere les titres que cette dernière détient directement ou indirectement dans le capital des sociétés Automobiles JLG, Ets Leroux, Haut Anjou, JL Guilmault, Mayenne Autos, Sadac et SN Laval Automobiles sous conditions suspensives ». Cette opération englobe les concessions Renault et Dacia détenue par Jean-Louis Guilmault à Ancenis, Chateaubriand (44), Redon, Vitré, Fougères (35), Château-Gontier, Laval Saint-Berthevin, Laval Les Touches et Mayenne (53). En revanche, elle ne comprend pas les points de vente Alfa Romeo et VPN d’Angers (49).

Il est indiqué que l'opération « devra être effective au plus tard le 1er avril 2019, à l'exception de la société SN Laval Autos (Renault et Dacia à Laval Saint-Berthevin), dont les titres seront cédés au plus tard le 1er janvier 2020 ». En 2017, le groupe Guilmault avait représenté un chiffre d’affaires de 145M€ et un volume de 5 000 VN et 3 400 VO.

Déjà implanté en Bretagne (22, 35) et en Normandie (50) avec Renault et Dacia, le groupe dirigé par Edouard Schumacher et Olivier Lamirault va donc étendre son territoire sur la partie Ouest de la France et conforter son partenariat avec les deux marques de l’Alliance. Avec ce rachat, la nouvelle société LS Group va vraisemblablement dépasser le milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2019.