Le Car-pass a dix ans. Dix ans que tous les professionnels belges de l'automobile sont tenus de renseigner le kilométrage des véhicules au sein d'une base de données à chaque fois qu'ils en prennent un en charge.

Le bilan 2016 du Car-pass recèle encore quelques données intéressantes. L'an dernier, ce sont 803 053 Car-pass qui ont été délivrés, soit -0,4%. Les bilans pour l'importation de VO ont explosé de 18,2%, pour se fixer à 63 214. Selon le bilan annuel de Car-pass, la Belgique manquerait de VO à essence en ce moment...
Plus anecdotiques sont en revanche les données suivantes : le "champion" du Car-pass en 2016 a été un Mercedes Sprinter de 2007, qui avait réellement parcouru les 985 072 kilomètres affichés par son compteur. A l'opposé, le champion de la fraude a aussi été un Mercedes Sprinter, mais de 2013. Lors de sa prise en charge par un pro, l'utilitaire affichait 570 663 kilomètres de moins qu'à l'occasion de son dernier relevé.

Mais surtout, ce sont 1795 véhicules qui relevaient l'an dernier d'un trafic de compteur manifeste, soit 0,24% des Car-pass : "Nous sommes donc à des lieues des 60 000 à 100 000 compteurs abaissés observés sur la période précédant l'introduction du Car-pass" explique le rapport annuel de l'organisme belge.
Et le président Philippe Mertens de renchérir : "Une approche de la problématique à l'échelon européen s'impose donc d'urgence. La Belgique et les Pays-Bas, qui ont commencé à échanger leurs relevés kilométriques depuis novembre 2016, font figure d'exemple" note t-il.

A compter de mai 2018, date d'entrée en vigueur du contrôle technique harmonisé européen en France, les contrôleurs seront tenus de relever le kilométrage des véhicules inspectés. S'il y a incohérence avec une donnée antérieure, le défaut (mineur) apparaitra sur le procès-verbal.