Les choses sont allées très vite. Dès que la Cour suprême américaine a donné son feu vert à la sortie de Chrysler de la faillite, l’organisation du nouveau constructeur s’est précisée. L’ancien Chrysler LLC a cédé la quasi-totalité de ses actifs, à l’exception de ses dettes et passifs, à une nouvelle entité, Chrysler Group LLC. Sergio Marchionne, patron du groupe Fiat et instigateur de l’alliance, en a été nommé PDG. Il s’est choisi un directeur général, Jim Press (62 ans), un transfuge de Toyota qui avait rejoint le constructeur américain en 2007.
Calquant l’organisation de Chrysler sur celle de Fiat, il a nommé un patron pour chacune des marques du groupe (Chrysler, Dodge et Jeep) qui sont désormais considérées comme des centres de profit. Des responsables de fonctions transverses ont également été nommés.
Le nouveau Chrysler sera géré par un comité de direction de neuf directeurs, dont trois nommés par Fiat, quatre par le gouvernement américain, un par le gouvernement canadien et un autre par le fond de pension du syndicat UAW.

 


« Cette alliance, établie avec le soutien de l’administration du président Obama, est un pas en avant significatif qui positionne Fiat et Chrysler parmi les leaders d’une nouvelle lignée de constructeurs mondiaux », s’est félicité Sergio Marchionne. Ce dernier a annoncé vouloir étendre les produits de Chrysler en Amérique du Nord et sur les marchés internationaux. Des équipes travaillent déjà sur le développement de véhicules respectueux de l’environnement.