Camions en "portefeuille", véhicules légers qui reculent tout freins bloqués dans les cols alpins... Bientôt des images du passé ? Le ministère des Transports a indiqué au député Martial Saddier qu'un décret visant à rendre obligatoires les équipements pneumatiques adaptés aux conditions hivernales était actuellement en cours d'élaboration : "Le projet de décret actuel prévoit d'ajouter une nouvelle section dans le code de la route devant permettre aux préfets de département faisant partie d'un massif de rendre obligatoire, dans une liste de communes choisies en zone de montagne après consultation des élus locaux, la détention ou la pose d'équipements pour les usagers." La période d'obligation, "dans un souci d'homogénéité" précise le texte, "sera unifiée au niveau national du 1er novembre de l'année N au 31 mars de l'année N+1."

L'obligation étant pour l'année prochaine, le ministère avoue que bien des points sont encore en cours d'élaboration : "La mise au point des obligations de détention ou de port d'équipements amovibles (chaînes neige, etc) et / ou inamovibles (pneus neige, pneus
hiver) selon les types de véhicules fait l'objet de discussions avec les parties prenantes" est-il expliqué, tandis que "de nouveaux tests sur routes enneigées seront conduits cet hiver pour évaluer les performances des pneus hiver selon différentes configurations de véhicules, de chargement et de routes, afin de compléter les connaissances actuelles sur leurs performances".

La France va donc prochainement entrer dans le club des pays qui rendent obligatoires les pneus hiver dans certaines régions. L'Italie, par exemple, fonctionne déjà selon le schéma.

Une situation dont "se félicitent" le Syndicat des professionnels du pneumatique (SPP) et son directeur général, Régis Audugé : "Il s'agit d'un bon début, même si cela ne concerne que les zones montagneuses et les routes de massifs. C'est une bonne chose pour les vacanciers" souligne-t-il.
Cependant, le directeur du SPP ne peut cacher une petite déception : "Au delà de cela, on reste au milieu du gué. Cela pourrait être étendu à d'autres régions" car "même en Île-de-France, il est possible de connaitre des conditions climatiques compliquées", comme lors de l'hiver dernier par exemple.

Le SPP avoue enfin ne pas s'attendre à un effet d'aubaine pour les manufacturiers : "L'obligation va concerner des gens qui sont déjà équipés" pointe Régis Audugé.