Les statisticiens du ministère de l'Environnement les montrent du doigt : "En août, les émissions moyennes de COâ‚‚ des voitures augmentent de 0,8 g/km, après +1,5 g/km en juillet. Cette hausse s'explique par le nombre élevé de ventes de SUV à essence et l'entrée en vigueur de la nouvelle norme européenne en matière d'homologation des véhicules neufs au 1er septembre. Les émissions moyennes de CO2 s’établissent à 114,3 g/km soit leur plus haut niveau depuis août 2014" expliquent-ils dans leur observation mensuelle du marché automobile.

Au cumul des huit mois écoulés, les SUV neufs à essence ont effectivement opéré une sacrée percée : 240 914 exemplaires distribués (43,2% de parts de marché) contre 154 150 à pareille époque l'an dernier (35,9% de parts).

Presque tous les modèles de SUV ont vu leur part d'essence progresser. Neuf d'entre eux ont eu une croissance fort importante cette année : le BMW X1 par exemple, dont les immatriculations en essence ont grimpé de 133,1% sur les huit premiers mois de l'année. Mais aussi les Fiat 500X (+24,2%), Ford Ecosport (+81,2%), Mazda CX-3 (+40,4%), Mini Countryman (+77,4%), Nissan Qashqai (+83%), Peugeot 2008 (+10,7%), Peugeot 3008 (+39,6%), Renault Captur (+17,8%) et Volkswagen Tiguan (+22,8%).

Segment par segment, l'essence a beaucoup de succès uniquement sur le B, avec 62,3% des immatriculations de ce type de carrosserie contre 55,2% un an auparavant. Sur le segment C, les moteurs au sans-plomb représentent 30% des immatriculations de SUV (+6 points) tandis que sur le D, la part chute à 17,9% (10,3% en 2017). A noter enfin que sur le segment supérieur (Audi Q7, etc), la part de moteurs hybrides est largement supérieure à celle de l'essence : 28%, contre 9,8%.