Sur le périmètre analysé par la société LMC Automotive, à savoir l’Europe occidentale (17 pays au total), les immatriculations de voitures neuves ont augmenté de 26,6% par rapport au même mois de l’an passé, à 1 015 144 unités. C’est 213 163 véhicules immatriculés de plus qu’en août 2017. L’impact lié à l’entrée en vigueur de la deuxième phase du règlement WLTP, au 1er septembre 2018, s’est fait ressentir un peu partout en Europe. A commencer par la Belgique, qui a signé la plus forte progression : +53,3%. L’Espagne (+48,7%) et les Pays-Bas (+42,2%) ont également enregistré des croissances importantes. Premier marché européen, l’Allemagne y est allé de sa hausse de 24,7%, à 316 405 unités, soit deux fois plus que le volume de VN immatriculés en France.

La croissance a été au rendez-vous en Italie (+9,5%), en Irlande (+3,1%) et en Norvège (+8,3%) mais dans des proportions moins spectaculaires. A noter, également, que deux pays n’ont pas tiré profit de cette situation : la Suède (-17,5%) et la Suisse (-7,2%).

Sur huit mois, il s’est immatriculé 10 139 185 voitures neuves en Europe de l’Ouest, soit une hausse de 4,9% par rapport à la même période de l’an passé. Onze pays sur les dix-sept analysés affichent des variations supérieures à la moyenne. La Grèce (+22,8%), les Pays-Bas (+15%) et l’Espagne (+14,6%) sont les marchés les plus porteurs depuis janvier, tandis que l’Irlande (-3,7%), la Norvège (-1,9%), la Suisse (-1%) et le Royaume-Uni (-4,2%) sont en recul.