En raison d’un net essoufflement des ventes au second semestre, l’Observatoire Cetelem anticipe une croissance limitée du marché automobile mondiale en 2018, autour de 1%. Pour l’exercice 2019, il ne prévoit « guère mieux qu’une stabilisation »

En Europe, à l’exception de l’Espagne, « qui poursuivra sa progression, la majorité des pays sera en recul, annonce le cabinet d’études. Le haut de cycle a été atteint et dépassé sur le marché européen. En dépit du renforcement des primes à la conversion et des progrès sur le marché de l’emploi, la poursuite du ralentissement économique, la multiplication des mesures de restriction de circulation dans les grands centres urbains aboutiront à une régression des ventes de véhicules légers ». L’Observatoire Cetelem mise notamment sur un recul compris entre 3 et 4% du marché français en 2019.

Retournement en Chine


Mais c’est principalement la « première panne de croissance » du marché chinois en 2018 qui inquiète les analystes. « Pour la première fois depuis son décollage il y a 20 ans, la Chine a vu ses ventes mensuelles diminuer en 2018. En juillet (-4%), août (-3,8%), septembre (-11,6%), octobre (-11,7%) et novembre (-13,9%), le marché s’est clairement retourné dans un contexte de ralentissement de l'économie, de tensions commerciales et tarifaires avec les Etats-Unis, avec de surcroit un contrôle plus strict du crédit à la consommation. Beaucoup de Chinois avaient anticipé leurs achats ces deux dernières années pour profiter de la réduction fiscale sur les petits véhicules », soulève L’Observatoire Cetelem. Ce dernier anticipe toutefois une reprise du marché en 2019, « qui ne devrait pas excéder 4%, pour un volume supérieur à 29 millions de véhicule tout de même ».

Aux Etats-Unis, le marché automobile va afficher une très légère progression en 2018, autour de 0,3% par rapport à 2017. « En haut de cycle et à des sommets historiques depuis 2016, le marché devrait perdre environ 4% de sa substance en 2019 ». L’Observatoire prévoit un scénario identique au Japon cette année.

Confirmation attendue en Russie, en Inde et au Brésil


A la relance, les marchés russe et brésilien sont encore loin d’avoir atteint les niveaux affichés lors de leurs meilleures années. « Le potentiel de reprise des ventes reste intact dans ces deux parties du monde qui devraient poursuivre leur croissance soutenue en 2019 ».

Enfin, l’essor du marché indien en 2017 et en 2018 devrait également se poursuivre dans les prochains mois. « Le potentiel est énorme au regard de la démographie du pays. Avec plus de 4 millions de véhicules légers commercialisés annuellement, plus que n’importe quel pays européen, il commence à peser dans le bilan mondial », conclut L’Observatoire Cetelem.