Le diesel, c'est fini... en théorie. Avec 845 377 ventes de véhicules neufs au gazole l'an passé, le carburant préféré des Français est loin d'être un souvenir. Les diesels ont pesé pour 38,9% des immatriculations, soit 8,4 points de moins qu'en 2017. Il faut remonter à 1992 pour retrouver une part du diesel aussi contenue dans les ventes de VN.

La désaffection envers le diesel a évidemment continué de favoriser l'essence. Ce sont       1 195 019 voitures neuves qui ont été choisies au sans-plomb l'an dernier, soit 55% des achats et 7,2 points de plus qu'en 2017. Ce qui signifie que le couple essence / diesel représente à l'heure actuelle 94% des achats de voitures neuves, en dépit de la volonté étatique de détourner les acquéreurs vers des solutions dites alternatives.

Des solutions alternatives qui n'ont pas été ridicules non plus en 2018, particulièrement pour ce qui concerne l'hybride : 4,5% de pénétration globale sur le marché, +1 point eu égard à 2017. Le bilan serait encore plus encourageant si l'essentiel des immatriculations  n'était pas le fait de Toyota : 71% de Toyota parmi les hybrides vendus (72,5% en 2017), preuve que les autres constructeurs tardent à s'approprier une technologie pourtant présentée comme incontournable pour les années à venir.

Les voitures électriques aussi ont progressé en 2018 : 32 204 ventes, 1,5% de part de marché, soit 0,3 point de progression. Des chiffres toujours faibles, surtout si l'on prend en compte le fait que les immatriculations ont été plus ou moins artificiellement dopées en fin d'année par les systèmes publics d'autopartage. Après des années de disette, les ventes de Peugeot ion ou de Citroën C-Zéro ont crû respectivement de 17,8% et 36,9% ! Quelques signes peuvent tout de même être interprétés comme ceux d'une croissance à venir : 47,2% des acheteurs de BMW i3, 48,1% des acheteurs de Renault Zoé et 53,4% des acquéreurs de Nissan Leaf étaient des particuliers l'an dernier.

L'année 2018 a enfin été celle d'un petit retour du GPL. Voguant entre engouement frénétique et désaffection complète en fonction de la fiscalité du moment, les moteurs à gaz de pétrole liquéfié ont conquis plus de 2000 clients en 2018. Grâce à Dacia, qui s'est remis à proposer une Sandero et un Lodgy à gaz.