Le marché automobile français ne décolle toujours pas et a connu son douzième mois consécutif de baisse en mai 2022. Malgré deux jours ouvrés, les ventes ont ainsi reculé de plus de 10 %, comparé à la même période en 2021, à 126 819 voitures particulières neuves immatriculées. Mais la chute est plus difficile à avaler quand on se réfère à mai 2019, dernière année de référence avant la crise, les immatriculations accusant un repli de près de 35 %. Au cumul depuis janvier, seulement 600 934 unités ont été écoulées, poussant la courbe du business à – 17 %, soit 122 396 unités manquantes. Sur cette période, découvrons quels sont les canaux les plus en peine par rapport à la moyenne nationale.

Le canal de ventes des véhicules de démonstration

Si l’on se réfère aux données de notre partenaire NGC-Data® sur ces cinq premiers mois de l’année, le canal des véhicules de démonstration et les immatriculations constructeurs ont totalisé 97 346 mises à la route, en baisse de 28,7 % en un an pour une part de marché glissant à 16,2 %. Mais ces résultats traduisent une nouvelle fois les nouvelles stratégies des constructeurs. Ces derniers préfèrent en effet lâcher un peu ces ventes « tactiques » qui sécurisent les volumes, pour se concentrer sur les autres canaux dits plus rémunérateurs, que sont les ventes aux particuliers et aux entreprises, et de la location de longue durée. Notons que Peugeot est resté maître en la matière, même si ses ventes se sont repliées de 26,7 %.

Le canal de ventes de la LCD

Mais pour l’heure, un petit coup d'œil sur la location de courte durée. Ce canal a généré 56 074 ventes depuis janvier et a pesé 9,3 % du marché. C’est une dégringolade de plus de 7 points par rapport à la moyenne nationale, soit 24,8 % contre 17 %. Quant à la première marque, Peugeot a immatriculé 11 347 unités (– 2,5 % et 20,2 % de PDM), Citroën (3e) a regonflé son volume de 12,6 % pour 9 643 unités et une part à 17,2 %.

Le canal de ventes aux particuliers

NGC-Data® fait état de 269 741 immatriculations de VP aux particuliers de janvier à mai 2022, enregistrant ainsi une baisse plus contenue par rapport aux trois autres canaux, de 11,5 %. Le poids de ce canal s’est établi à 44,8 %. Renault a repris des couleurs en se positionnant leader avec 15,4 % du gâteau : 41 551 modèles au losange se sont écoulés sur cinq mois, après une augmentation de 11,5 %. Dans le top 10, Ford (7e), Hyundai (8e), Kia (9e) et Fiat (10e) ont affiché eux aussi, avec la marque française, une performance positive.

Le canal de la location de longue durée

Les entreprises et la LLD ont compté 172 632 véhicules particuliers neufs à fin mai, concluant la période en baisse de 13,7 %. Là encore, c'est mieux que le marché auto français. Le canal a occupé 28,7 % du terrain sur cette période. La marque qui a tiré son épingle du jeu est Peugeot, en immatriculant 42 453 unités malgré un repli de 23,8 % et trustant 24,6 % des ventes totales. Et quand Renault (2e) a glissé de 30 % à 26 968 unités et 15,6 % de part de marché, sa cousine Dacia a écoulé 2 115 exemplaires, en hausse de 26 %.

À LIRE. Tous les indicateurs du marché automobile français en mai 2022