Bousculé par le passage au WLTP, le marché automobile européen a, sans surprise, offert un nouveau scénario atypique en septembre 2018, avec cette fois-ci un final moins festif. En effet, avec un total de 1 123 184 voitures immatriculées (VP), il a plongé de 23,4% par rapport au même mois de l’an passé, soit un déficit de plus de 340 000 voitures. Sur les 30 pays pris en compte par l’ACEA, seuls deux ont affiché des variations positives : la Bulgarie (+8,5%) et la Croatie (+3,3%). Autrement, la chute a été conséquente pour les cinq principaux marchés européens : Royaume-Uni (-20,5%), Allemagne (-30,5%), France (-12,5%), Italie (-25.4%) et Espagne (-17%).

PSA leader malgré lui


Ce mois de septembre 2018 se révèle encore plus improbable à la lecture des volumes immatriculés par les constructeurs. Ainsi, avec un total de 201 505 voitures immatriculées (-8%), PSA s’est emparé de la première place du marché automobile européen. Le groupe hexagonal a profité de la bonne tenue des ventes de Peugeot et d’Opel, de la relance de Citroën et surtout de la chute brutale de Volkswagen. Après un mois d’août aussi probant que trompeur (+41%), le groupe Volkswagen a complètement dévissé en septembre (-47,5%). Avec 178 201 unités immatriculées, il a accusé un déficit de plus de 160 000 voitures par rapport au mois de septembre 2017 mais également de 140 000 unités par rapport à août 2018.

Pour rappel, sur ce huitième mois, le groupe allemand avait immatriculé 319 163 voitures en Europe, soit le double du groupe PSA (160 522 unités).

Le groupe BMW pointe en troisième position avec un total de 102 115 voitures (-8,8%). Renault, dont les immatriculations ont reculé de 27%, à 96 426 immatriculations (-27%), se place en quatrième position. La marque au losange a notamment accusé un repli de 31,5% en Europe en septembre.


Volkswagen relégué à la 4e place, Opel leader ponctuel



Autre particularité de ce mois de septembre, Volkswagen n’a pas été la marque la plus commercialisée en Europe (75 512 unités seulement). C’est Opel-Vauxhall (81 741) qui, porté par son marché domestique, est sorti gagnant de cette chute collective, devançant BMW (80 495) et Mercedes-Benz (80 399). Est-ce que les pendules seront remises à l’heure en octobre ?

Sur 9 mois c'est plus clair


Au cumul des neuf premiers mois, le marché automobile européen affiche une progression de 2,3% par rapport à la même période de l’an passé, à 12 304 711 unités. La France (+6,5%), l’Allemagne (+2,4%) et l’Espagne (+11,7%) portent la croissance tandis que l’Italie (-2,8%) et surtout le Royaume-Uni (-7,5%) sont en retrait. Depuis janvier, le groupe Volkswagen continue de dominer le marché européen avec un total de 2,98 millions de voitures immatriculées (+5,1%), devançant PSA (1,96 million) et Renault (1,3 million