Sacrée santé que celle des groupes français en 2018 : 57,4% des ventes de véhicules particuliers neufs ont été le fait d'une Renault, Dacia, Alpine, Peugeot, Citroën, DS, ou Opel l'an dernier. Soit une part de marché en hausse de 3 points, au détriment des concurrents étrangers qui ont représenté 42,6% des immatriculations. Toutes marques confondues, le marché s'est révélé en hausse de 3%, avec 2 173 481 ventes enregistrées. Voici le détail des principales marques étrangères présentes dans l'Hexagone, avec celles qui sont parvenues à suivre la tendance, et celles qui l'ont subi.

Les marques au-dessus du marché :
- Toyota, 97 286 immatriculations, +9,7%
- Fiat, 78 226, +14,7%
- Kia, 42 313, +13,6%
- Hyundai, 35 542, +20,2%
- Skoda, 31 423, +17,3%
- Seat, 31 219, +26,3%
- Mini, 27 378, +3,6%
- Suzuki, 27 241, +8,8%
- Volvo, 18 349, +13,1%
- Jeep, 13 191, +21,1%
- Mitsubishi, 4879, +105,2%
- Jaguar, 4580, +29,3%

Les marques au-dessous du marché :
- Volkswagen, 140 313, +0,7%
- Ford, 82 633, -2,1%
- Mercedes, 65 808, -3,2%
- Nissan, 59 606, -16,6%
- BMW, 57 537, -6,2%
- Audi, 51 582, -21,5%
- Mazda, 11 129, -5,5%
- Alfa Romeo, 8392, -9,5%
- Smart, 7446, -8,8%
- Land Rover, 6803, -25,1%
- Porsche, 4567, -16,3%