Parfois, il ne faut pas insister. « Malgré les efforts continus du groupe et l’engagement du personnel de l’usine pour rendre le site économiquement viable à travers la mise en œuvre de plusieurs plans d’action – 70 millions d’euros ont ainsi été investis ces dernières années pour le moderniser - l’accélération de la transformation du marché rend l’outil industriel inadapté et sa conversion n’est pas financièrement tenable », affirme Michelin.

Brexit ou pas (rien n’a été mentionné), le manufacturier a annoncé son intention de fermer le site de Dundee en Ecosse (Royaume-Uni), ouvert depuis 1971. L’activité exclusive étant la production de pneumatiques de la marque Michelin en 16 pouces et moins. Dans un communiqué, le groupe explique ce choix par une confrontation ces dernières années à de graves difficultés dues « à une transformation en profondeur du parc de véhicules de tourisme se traduisant par un recul structurel de la demande en pneumatiques premium en 16 pouces et moins ; et à une évolution accélérée de l’offre de pneumatiques 16 pouces et moins vers des produits d’entrée de gamme produits à bas coûts en Asie ».

Michelin se résout donc à fermer l’usine écossaise d’ici à la mi 2020 gardant pour priorité ses 845 salariés qui feront face aux conséquences de sa décision. Il prévoit ainsi de créer un programme d’accompagnement personnalisé et apportera son meilleur soutien pour que ses effectifs puissent accéder à un nouveau projet professionnel rapidement. Et d’ajouter : « Conformément à la législation en vigueur au Royaume-Uni, Michelin va entamer dans un délai de deux semaines un processus de consultation des salariés et des organisations syndicales sur le projet de fermeture et sur les mesures d’accompagnement social ».

En parallèle du processus de fermeture, Michelin poursuivra ses activités de rechapage de pneus PL, de vente et de distribution de produits et services au Royaume-Uni. Il continuera également de développer ses nouvelles divisions que sont la haute technologie et le digital.